Belgique, France, Inde… : la vaccination passe la seconde dans de nombreux pays

Coronavirus Vaccin spuit patient
Isopix

La plupart des pays du monde ont entamé leur programme de vaccination. Pour la grande majorité d’entre eux, il n’y a pas eu de questions à se poser pour commencer: les personnes les plus âgées avaient la priorité. Mais une fois celles-ci vaccinées, il faut passer aux autres couches de la population. Et c’est la nouvelle étape que connaissent bon nombre de pays cette semaine. Petit tour d’horizon.

Belgique

Commençons par notre propre pays. La vaccination dans les maisons de repos a été plus rapide que prévu. La plupart des résidents ont déjà pu recevoir leur première dose. La distribution des secondes doses commencera ce lundi en Flandre, ce mardi en Wallonie et ce mercredi à Bruxelles.

Dans le même temps, le personnel hospitalier est la nouvelle cible du programme de vaccination. La priorité est donnée aux travailleurs dans les unités Covid, aux soins intensifs et aux urgences.

Dans 4 hôpitaux (à Anvers, Eupen, Bruxelles et La Louvière), les premières doses du vaccin Moderna seront distribuées, dans une première phase pilote.

Le bulletin épidémiologique de Sciensano – qui indique depuis quelques jours les niveaux de vaccinations – indiquait qu’au 13 janvier, 49.847 personnes avaient été vaccinées (0,54% de la population belge). Toutes sont des résidentes des maisons de repos ou du personnel.

France

Ce lundi, la vaccination en France s’ouvre au grand public. Toutes les personnes de plus de 75 ans et celles qui présentent des pathologies à ‘haut risque’ peuvent demander à se faire vacciner. Selon les estimations du Figaro, cela représenterait 6,4 millions de Français.

Au cours des trois dernières semaines, ce sont, comme en Belgique, les résidents de maisons de repos et leur personnel qui étaient prioritaires. Le personnel médical et les pompiers pouvaient également recevoir le vaccin.

Au 16 janvier, 413.046 personnes avaient été vaccinées en France, soit 0,63% de la population.

Le Royaume-Uni

Une nouvelle étape sera franchie également ce lundi par le Royaume-Uni. Après avoir vacciné plus de 4,3 millions de personnes (3,71% de la population) dans les maisons de repos et les hôpitaux, le pays ouvre la vaccination aux plus de 70 ans. Selon le ministère de la Santé, il y a des doses en suffisance pour vacciner un nouveau groupe de personnes, en plus des premières cibles.

Le plan du gouvernement britannique est de vacciner les 15 millions de personnes prioritaires d’ici la mi-février. Actuellement, selon le ministre britannique de la Santé, la moitié des plus de 80 ans ont déjà reçu la première dose.

Pour couvrir un plus large spectre de personnes, l’attente entre les deux doses est élargie à 12 semaines au lieu des 4 normalement prévues par les producteurs de vaccin.

L’Inde

L’Inde est un peu en retard sur l’Occident. Elle n’a commencé son programme de vaccination que ce samedi. Toutefois, il s’agit de la plus grande campagne au monde. Les autorités indiennes tablent sur 300.000 vaccins distribués chaque jour. Un effort bien nécessaire pour le deuxième pays le plus peuplé au monde. L’Inde compte actuellement plus de 3.000 centres de vaccination.

Début janvier, le pays a validé en urgence le vaccin de la firme AstraZeneca. Son avantage est qu’il est produit en Inde, donc il n’y a pas besoin d’importer les doses. Notons que l’Inde a également développé son propre vaccin. Nommé ‘Covaxin’, son approbation a suscité la polémique étant donné que la phase 3 de ses essais cliniques n’a pas encore été conclue.

Brésil

L’autorité brésilienne des médicaments a autorisé ce dimanche deux premiers vaccins : ceux d’AstraZeneca et de SinoVac.

Le programme de vaccination a pu commencer tout aussi rapidement. Une infirmière de Sao Paulo a été la première personne vaccinée du pays. Plus de 100 autres Brésiliens ont suivi. Le Brésil favorisera d’abord le vaccin CoronaVac de la firme chinoise SinoVac, car 6 millions de doses avaient déjà été reçues. Les commandes auprès d’AstraZeneca, produit à Bombay, prennent du retard suite au lancement de la vaccination en Inde.

Lire aussi: