Après la torpille nucléaire à tsunamis, la Russie prépare une nouvelle ‘super-arme’ sous-marine

Une partie de la flotte russe en exercice à Sébastopol, en juillet 2020. – Tass/Sipa USA/ISOPIX

On connaissait déjà les essaims de drones, véritables cauchemars des défenses anti-aériennes, mais voici que la Russie développerait désormais leur alter ego marin, écrit le site Gazeta.ru.

Après le nouveau missile hypersonique Kinjal, qui peut d’atteindre les 10.000 km/h, et la torpille nucléaire Poseidon, conçue pour provoquer de véritables tsunamis radioactifs, la Russie développerait également un nouveau système de drones maritimes, sous-marins et de surface, capables d’agir de manière coordonnée grâce à l’intelligence artificielle.

Un tel système, dont le tonnage total oscillerait entre 500 et 1.000 tonnes, doit servir à effectuer des missions d’attaque contre divers objectifs, y compris des porte-avions.

‘L’intelligence artificielle résout sa tâche en fonction de circonstances très spécifiques et en constante évolution’, a expliqué un haut-responsable militaire russe à Gazeta.ru, et dont les propos ont été relayés par Business Insider. ‘Elle doit concentrer ses efforts sur l’une des directions. Ou pour manœuvrer et déplacer les efforts dans une autre direction. Ou encore se retirer temporairement de la bataille et confondre l’ennemi par des actions démonstratives. L’intelligence artificielle recevra des données sur la situation à partir d’une grande variété de sources.’

‘Grandes profondeurs’

Les spécialistes russes s’attèleraient actuellement à l’amélioration des transmissions de commandes de contrôle entre la terre et le système déployé en mer.

‘Ce qui est curieux, c’est qu’à de grandes profondeurs (8.000 voire 11.000 mètres), la transmission des signaux et des commandes de contrôle n’est pas pire, et même meilleure, qu’à une profondeur de, par exemple, 1.000 mètres’, a encore détaillé la source de Gazeta.ru.

Si les profondeurs opérationnelles des drones évoquées par le responsable russe devaient être confirmées, il s’agirait des premières armes développées pour frapper depuis aussi loin dans les abysses, conclut Business Insider.

Pour aller plus loin: