« Angela Merkel est la femme politique la plus surestimée de notre époque »

Le journaliste économique allemand Wolfgang Münchau (anciennement du Financial Times, aujourd’hui du site Euro Intelligence) revient dans un article d’opinion sur les années de politique de la chancelière allemande sortante Angela Merkel. Son verdict n’est pas tendre.

Pourquoi est-ce important ?

Après 16 ans de gouvernement, Angela Merkel arrive à la fin de son dernier mandat de chancelière. La politicienne centriste avait des partisans (souvent au sein de son parti) et pas mal de détracteurs (la gauche pensait qu'elle était trop à droite sur le plan économique, la droite pensait que sa politique en matière de réfugiés était trop à gauche). Ce qui est certain, c'est qu'elle a eu une vie mouvementée. Inévitable bien sûr, si vous êtes au pouvoir pendant si longtemps. Une dissection de sa politique était tout aussi inévitable.

Selon Münchau, les événements qui ont précédé et suivi le sommet européen de la semaine dernière ont fourni une preuve supplémentaire de l’échec de Mme Merkel en tant que dirigeante.

Diplomatie avec Poutine. « Angela Merkel est une opératrice politique du plus haut calibre. Mais elle n’a jamais été une joueuse stratégique, sauf en ce qui concerne sa propre position », s’amuse Münchau. « C’est pourquoi la chose la plus absurde (…) à son sujet (…) était l’attribution du titre de leader du monde occidental. »

  • Ainsi, Münchau cite que Mme Merkel « n’était même pas dirigeante de l’UE (la semaine dernière, ndlr) lorsqu’elle a échoué dans sa tentative de faire accepter aux autres chefs de gouvernement la reprise de la diplomatie de haut niveau avec Vladimir Poutine. »
  • Et aussi : « Merkel et Emmanuel Macron ont été irrités parce que Biden a parlé à Poutine en premier. Comme des enfants dans une cour de récréation, ils ne voulaient pas être laissés de côté. Et ils n’ont pas pensé une minute aux conséquences que cela aurait, notamment pour les pays baltes. »
    • Toomas Hendrik Ilves, ancien président de l’Estonie, a accusé Merkel de traiter ses compatriotes comme « les sous-hommes de l’est des pays centraux ».
    • Gustav Gressel, du Conseil européen des relations étrangères, a écrit que Mme Merkel avait détruit son héritage en 24 heures: « Je pense que c’est pire que ça. Tout ce qui s’est passé, c’est que le manque de stratégie d’une personne politique a été exposé. Ça n’a jamais été différent, sauf que cette fois, plus de gens l’ont vu. »

Mauvaises décisions. « Une grande partie de ce qui ne va pas dans la politique étrangère allemande aujourd’hui est le résultat de décisions prises par Merkel il y a longtemps. »

  • Par exemple, en 2011, elle a réagi à l’accident nucléaire de Fukushima en débranchant l’énergie nucléaire allemande.
    • « Cette décision fatidique a été un désastre à bien des égards : L’Allemagne a fini par devenir trop dépendante du gaz et du pétrole russes et de Nord Stream 2, ce qui a donné lieu à un sentiment de trahison dans les États baltes, en Pologne et en Ukraine. Dans le processus, elle a réussi à endommager les relations transatlantiques, qui ne se rétablissent que maintenant. »
  • Lorsque la crise financière mondiale a éclaté en 2008, « elle a insisté pour que chaque État membre s’occupe de ses propres banques. En 2012, elle a catégoriquement exclu les euro-obligations. La zone euro aurait pu s’effondrer cette année-là si Mario Draghi n’était pas intervenu », écrit Münchau.
  • « Lorsque la pandémie a éclaté, elle a été persuadée d’accepter un fonds de relance – un acte largement compris à tort en dehors de l’Allemagne comme le premier d’une série d’étapes vers une union fiscale. »

Les réfugiés. Et nous en arrivons au point le plus controversé de l’histoire politique de Mme Merkel, la question des réfugiés : « Sa décision d’ouvrir la frontière aux réfugiés n’était pas un choix stratégique, mais un acte spontané », affirme Münchau.

  • « Elle n’a pas consulté les partenaires de la coalition, ni les autres États membres de l’UE. Au cours de ses 16 années de chancellerie, elle n’a jamais choisi un coup stratégique, n’a jamais essayé de chercher des majorités là où il n’y en avait pas auparavant. »

Conclusion

« Ni Merkel ni Macron n’ont fait preuve de leadership stratégique. En regardant les successeurs potentiels, je ne vois aucun changement à l’horizon. » Ainsi : « Le succès futur de l’UE dépendra largement de sa capacité à se libérer de l’illusion du leadership franco-allemand.

Conclusion dévastatrice: « J’ai conclu depuis longtemps que Merkel est le leader politique le plus surestimé de notre époque. Le seul objectif de Merkel était Merkel. La semaine dernière, il y a encore eu plus de gens qui ont commencé à s’en rendre compte. »

Pour aller plus loin :

Plus
Dernière mise à jour:
Dernière mise à jour:
Lire plus...
Marchés
BEL20