On connait la date de fin de la 3G en Wallonie, de bon augure pour la 5G  ?

La décision de Proximus de désactiver la 3G en Wallonie est dans l’air du temps. Cependant, si la plupart des Belges possèdent des appareils compatibles avec la 4G, voire avec la 5G, ce n’est pas le cas de tous. La disparition de la 3G aura donc des conséquences pour eux.

Dans l’actu : ça y est, la 3G a une date de fin. Proximus prévoit de désactiver l’ensemble des services 3G fin 2024.

  • Proximus emboite ainsi le pas à Orange Belgium qui prévoit de débrancher la 3G à partir de la mi-2023. Telenet/Base réservera le même sort funeste au réseau, mais de manière progressive à compter de septembre 2024.
  • « Étant donné la baisse continue du trafic sur le réseau 3G, les besoins de capacité pour les services 3G ne cessent de diminuer », se justifie Proximus.
  • Il est vrai que le réseau est délaissé depuis plusieurs années déjà, au profit de la 4G, ainsi qu’en prévision du déploiement de la 5G.

Qu’est-ce que cela change pour les consommateurs ?

  • Les utilisateurs de GSM incompatibles avec la 4G – soit des modèles anciens – seront les principaux impactés par la décision de Proximus. Du jour au lendemain, ils perdront l’accès à l’Internet mobile.
  • Ils pourront cependant continuer de téléphoner et d’envoyer ou recevoir des SMS puisque ces fonctionnalités reposent sur le réseau 2G qui reste opérationnel.
    • À ce propos, Proximus s’engage à maintenir ses services 2G au moins jusqu’à fin 2027.
  • De manière générale, la très grande majorité des appareils raccordés au réseau de Proximus sont suffisamment modernes pour supporter au moins la 4G.
    • « La quantité de données acheminées en 3G sur le réseau de Proximus représente aujourd’hui moins de 2 % du trafic total de données, dont une fraction seulement provient d’appareils de clients résidentiels », précise par ailleurs Proximus.
  • Pour les quelques particuliers et professionnels belges concernés, ils auront tout de même 2 ans pour se mettre à jour, s’ils le souhaitent.

Une bonne nouvelle pour la 5G ?

  • Les principaux opérateurs de télécommunication du pays justifient en partie leur décision de se défaire de la 3G pour « offrir plus de place à la 5G » qui se fait encore attendre dans notre plat pays. La décision de Proximus est donc de bon augure pour le développement de cette norme dans le pays.

« Afin de garantir une utilisation efficace du spectre mobile, Proximus a fait le choix d’utiliser, dès 2025, le spectre assigné aux services 3G (en baisse constante d’utilisation) au profit de la 4G et de la 5G. Cette priorité accordée aux technologies de pointe est un choix logique fait par de nombreux opérateurs dans le monde pour pérenniser leurs réseaux. »

Proximus
  • Pour l’heure, la présence de la 5G en Belgique est fortement limitée. Les Belges doivent en effet se contenter d’une 5G limitée puisqu’elle repose sur les infrastructures de la 4G qui ne lui permet pas de déployer tout son potentiel.
  • Durbuy est la seule commune a bénéficié de la « vraie » 5G, et ce, depuis octobre 2022 seulement. Les autres profitent d’une version allégée qui utilise d’anciennes bandes de fréquences.

À l’avenir : l’année 2023 devrait marquer un tournant en matière de 5G. Les opérateurs du pays – qui compte désormais un nouvel acteur – prévoient un grand pas sera fait au cours de l’année prochaine, suite notamment à la vente des fréquences… à voir.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20