La 5G reprend de l’élan en Belgique

Le Benelux s’engage à collaborer de manière plus étroite, et travailler selon des standards communs pour le déploiement de la 5G, a annoncé la ministre des Télécoms Petra De Sutter mercredi. Pour l’heure, la Belgique est toujours une terra incognita pour les ondes de ce réseau.

Une collaboration du Benelux, pour une meilleure couverture 5G. Dans un communiqué, la ministre en charge des Télécoms dit vouloir s’adapter aux technologies du futur, comme à l’internet des objets. « De plus en plus, les appareils et les équipements seront directement reliés à l’internet afin de fonctionner de manière autonome et « intelligente ». Il suffit de penser aux développements futurs autour des véhicules à conduite autonome ou d’autres modes de transport », peut-on lire.

Mais ce réseau est également important pour l’industrie et l’activité économique, tout comme pour les simples communications, qu’il rendra plus rapide. Des intérêts communs aux trois pays – Belgique, Pays-Bas, Luxembourg – qui connaissent beaucoup d’échanges économiques, et beaucoup de travailleurs frontaliers.

Dans ce sens, les trois « unissent leurs forces pour réaliser des connexions 5G transfrontalières stables dans le même cadre technique ». Les trois ministres ont ainsi signé une recommandation pour s’engager dans cette voie, après concertation avec les régulateurs et le secteur. Plus de détails pratiques sur les dates ou le déploiement concret n’ont pas été fournis.

Tournant politique

La 5G est souvent critiquée pour être énergivore, entre autres, et les verts ont toujours été prudents face à la prolifération. Le choix de Petra De Sutter marque donc un tournant dans la ligne des écologistes (en tout cas du nord du pays).

Dans un rare moment de rencontre d’esprit, cet engagement de la ministre De Sutter, Groen, a été saluée par le MR, généralement en « conflit » avec les verts. Ainsi, David Clarinval, ministre des Classes moyennes, Indépendants et PME, a félicité sa partenaire de gouvernement pour sa « position courageuse » (en lançant des piques au dossier nucléaire, au passage).

La Wallonie, un trou sur la carte

Pour les connaisseurs de la région, force est de constater qu’il n’est pas inhabituel de se trouver dans un endroit où il n’y a aucune couverture de réseau. Ni 4G, ni 3, ni 2, ni H+, ni même Edge, mais simplement aucun réseau, ne serait-ce que pour envoyer un SMS. Dans le train, entre deux gares, par exemple.

Et ce constat peut même se voir du « ciel ». Cette carte montre la distribution du réseau général en Belgique. Un tweet avec la carte de la couverture de la 5G en Europe, partagé par le journaliste et animateur radio Cédric Godart, est devenu viral. Et effectivement, on y voit un trou sur toute la Wallonie et au nord du Grand-Duché.

Les points sur cette carte sont épais, mais en regardant de plus près, sur la carte de l’opérateur Proximus, on peut voir que les localités où la 5G est disponible est encore plus réduite. Dès mi-2022, la présence devrait s’agrandir. Mi novembre, les enchères publiques ont été ouvertes pour un quatrième opérateur, et le déploiement du réseau devra commencer à être réalisé d’ici-là. En Wallonie, contrairement à la Flandre, les normes de rayonnement sont plus strictes, et Proximus avait désactivé son réseau 5G. Suite à, également, des manifestations locales.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20