Vaccins: reporter la 2e dose risque de créer de dangereux variants, prévient le Dr Fauci

Anthony Fauci. Foto: Isopix

Aux États-Unis, les autorités réfléchissent à repousser la 2e dose du vaccin pour pouvoir toucher plus de personnes. Une très mauvaise idée selon le Dr Fauci. Surtout en ce moment où les variants sont de plus en plus présents.

C’est une idée qui a été évoquée dans de nombreux pays: repousser de plusieurs semaines la seconde dose du vaccin Pfizer ou Moderna. Les services de santé ont de cette manière plus de temps et de produits pour vacciner davantage de personnes. Résultat: une plus grande proportion de la population est protégée, mais avec une efficacité plus faible. Au Royaume-Uni, c’est d’ailleurs la technique utilisée et elle semble faire ses preuves.

Mais le Dr Fauci, immunologue supervisant la cellule de crise sur la pandémie aux États-Unis, déconseille toutefois cette utilisation des vaccins. Selon lui, il faut offrir le plus grand niveau de protection à la population. Et cela passe par deux injections, comme le conseillent les entreprises pharmaceutiques qui ont créé les vaccins.

Protection contre les variants

L’inquiétude du Dr Fauci est surtout liée à la présence de plus en plus importante des variants du nouveau coronavirus dans la population. Il explique que l’utilisation de deux doses permet de créer un plus haut niveau d’anticorps, ce qui provoque une plus forte réponse. Cela signifie que les vaccins ‘couvrent non seulement le type sauvage et le virus actuellement en circulation, mais aussi les variantes que nous voyons circuler, en particulier le 1.1.7 (détecté au Royaume-Uni) et le 3.5.1 (découvert en Afrique du Sud)’.

C’est d’autant plus important que, selon l’immunologue, le variant dit britannique devrait devenir dominant dès mars prochain aux États-Unis. Deux injections sont donc indispensables, au moins jusqu’à ce qu’une véritable étude sur l’efficacité d’une stratégie ‘one-shot’ soit menée.

Retour à la case départ

Le spécialiste des maladies infectieuses craint également qu’une seule dose n’apporte pas une protection assez forte contre le virus. ‘Vous pourriez en fait sélectionner par inadvertance plus de mutants’, a-t-il déclaré dans une interview reprise par le site Business Insider.

Il explique que le vaccin en une seule dose pourrait être plus facile à combattre pour le virus. Et par mutations, celui-ci deviendrait alors de plus en plus résistant aux anticorps créés par la vaccination. La protection vaccinale deviendrait alors inefficace et il faudrait reprendre toutes les recherches depuis le début.