‘Une ouverture des remontées mécaniques pourrait se faire à partir du 7 janvier’ en France

Pamela Saunders/ Unsplash

Alors que le gouvernement français a récemment durci ses règles en annonçant un couvre-feu plus strict qu’en Belgique, le Secrétaire d’État au Tourisme, Jean-Baptiste Lemoyne, envisage une réouverture des remontées mécaniques à partir du 7 janvier. 

La situation sanitaire ne semble pas s’améliorer assez rapidement en France. À tel point qu’hier, un durcissement des règles a été annoncé. À compter du 15 décembre, une nouvelle phase de couvre-feu (de 20h00 à 6h00) sera d’application sur le territoire français,  à l’exception des territoires ultramarins.  Pourtant, aujourd’hui, il semblerait que les acteurs de la montagne puissent entrevoir une lueur d’espoir au bout du tunnel.

‘Le Premier ministre a indiqué que l’ouverture prévisionnelle pourrait se faire à partir du 7 janvier sous réserve que les conditions sanitaires le permettent’, a déclaré Jean-Baptiste Lemoyne après s’être entretenu par visioconférence avec plusieurs élus et professionnels du secteur.  ‘Cela se fera dans le cadre de la mise en place de protocoles sanitaires’, a-t-il ajouté. Encore faut-il que les chiffres se stabilisent d’ici là.

20 à 25% des recettes

Cette annonce survient alors que les acteurs du secteur sont inquiets et en colère. Le 26 novembre, Jean Castex avait déclaré que les stations de ski pourraient rouvrir, mais que les remontées mécaniques seraient quant à elles fermées, promettant d’aider les communes et les professionnels concernés. 

Le 1erdécembre, Emmanuel Macron avait indiqué que le gouvernement avait bien l’intention de prendre ‘des mesures restrictives et dissuasives’ pour empêcher les Français d’aller skier à l’étranger, notamment en Suisse, alors que les remontées mécaniques seront fermées dans l’Hexagone. De son côté, la Commission européenne avait adopté un discours plus souple, estimant que, le virus s’étant propagé dans tous les États membres, un voyage intra-européen n’entraînerait pas de risques supplémentaires.

Si cette annonce relève encore de l’hypothèse, elle pourrait bien changer la donne pour les professionnels du secteur, les fêtes de Noël représentant entre 20 et 25% de leurs recettes. Reste encore à savoir si la situation sanitaire le permettra.