TikTok supprime la messagerie pour les moins de 16 ans, et compte sur leur bonne volonté

TikTok
TikTok. – Isopix

L’application TikTok fait un pas de plus dans la protection des plus jeunes. Mais sans un peu de bonne volonté de la part des utilisateurs, toutes les mesures prises n’auront aucun effet.

La popularité de l’application de TikTok ne cesse de croître ces derniers mois. Si de plus en plus de jeunes adultes s’y inscrivent, l’application est surtout connue pour rassembler de très jeunes adolescents. Certains utilisateurs ont même moins de 13 ans, l’âge légal pour s’inscrire sur un réseau social.

Les gestionnaires de Tiktok le savent bien et lancent de nombreuses initiatives pour protéger sa jeune communauté. La dernière en date ne va pas faire que des heureux. À partir du 30 avril, toute personne inscrite sur Tiktok et qui a moins de 16 ans ne pourra plus accéder à la messagerie. Cette fonctionnalité, qui existe maintenant sur tous les réseaux sociaux, permet d’envoyer des messages privés à d’autres utilisateurs, qu’ils soient amis ou non.

Pour TikTok, cette nouvelle mesure s’inscrit dans la ‘protection proactive’ des jeunes utilisateurs. ‘La messagerie directe est un formidable outil qui permet aux utilisateurs d’entretenir s’ils le souhaitent un lien avec leurs amis, où qu’ils se trouvent. Cependant, malgré son potentiel positif, cette fonctionnalité a pu être mal utilisée’, peut-on lire dans un communiqué de presse. L’application ne précise pas dans quelles mesures elle est mal utilisée.

Cette mesure renforce l’arsenal déjà existant de TikTok pour la protection des mineurs. Il existe par exemple le Mode Connexion Famille permettant à un parent de vérifier comme l’adolescent utilise l’application. Cependant, toutes les mesures prises ne sont valables qu’avec la bonne coopération des jeunes.

Ils doivent, entre autres, donner leur date de naissance, sans tricher et autoriser la surveillance parentale. Mais l’application n’a pas la possibilité de vérifier l’information ni d’obliger un contrôle parental. C’est au final le jeune qui est le seul à décider de son utilisation. Sauf si les parents prennent les choses en main.