Spot, le ‘robot-chien’, nouvelle recrue de la police américaine

Spot, un robot ressemblant à un chien conçu par Boston Dynamics
EPA-EFE/MIGUEL A. LOPES

La police d’Etat du Massachusetts sera la première des Etats-Unis à enrôler Spot, un robot de Boston Dynamics dont l’apparence évoque celle d’un chien.

C’est à la brigade de déminage que revient cet honneur. Elle a en effet signé un contrat de location suite à un essai de 3 mois. Le robot s’était vu confier des missions ‘d’information mobile à distance’. Il avait notamment servi à fournir des images d’engins suspects (une possible bombe) dans des situations potentiellement dangereuses: usines chimiques, prise d’otages, etc. Il s’était alors révélé être ‘un outil précieux pour les instances chargées de faire respecter la loi’.

Spot est un robot généraliste, et son interface de programmation est ouverte, ce qui signifie que l’on peut le personnaliser avec son propre logiciel. Il dispose d’un bras articulé et d’une caméra capable de prendre des images à 360 degrés, même en faibles conditions lumineuses. Selon Michael Perry, haut-responsable chez Boston Dynamics, les possibilités d’utilisation du chien robotisé sont très vastes, de l’industrie pétrolière à la construction, en passant par le secteur du divertissement.

Toutefois, Boston Dynamics refuse que le robot soit armé et les clauses du contrat signé avec la police du Massachusetts interdisent son utilisation d’une manière qui pourrait ‘blesser ou intimider des personnes’. 

Les défenseurs des droits humains inquiets

Mais cela ne rassure pas pour autant les défenseurs des droits humains qui s’inquiètent de l’introduction de robots dans les forces de police. Aucune règle concernant l’utilisation de ces automates dans les forces de l’ordre n’a encore été édictée, et rien ne définit donc où et quand ces ‘robocops’ peuvent être mis en oeuvre.

‘La technologie qui peut être utilisée de concert avec un système robotique comme celui-ci est presque illimitée en ce qui concerne les types de surveillance et même les opérations d’armement qui peuvent être autorisées’, explique  Kade Crockford, directeur du programme de technologie pour la liberté à l’ACLU du Massachusetts. 

En pratique, Spot n’est pas à proprement parler le premier robot des forces de police de l’Etat. Celles-ci se sont déjà dotées de 18 automates, mais la plupart d’entre eux sont des robots sur chenilles.