Si le tourisme spatial de Branson, Bezos et Musk se développe, ce sera une mauvaise nouvelle pour le climat

La course commerciale pour envoyer des touristes dans l’espace est entrée dans une nouvelle phase, maintenant que Richard Branson de Virgin et l’ancien PDG d’Amazon, Jeff Bezos, ont montré avec succès que c’était possible. Mais quelles sont les implications environnementales d’une industrie du tourisme spatial ?

Pourquoi est-ce important ?

Prévoyez 100 fois plus d'émissions de CO2 par passager sur les vols spatiaux ultra-courts que sur un vol long-courrier par avion à réaction. Par conséquent, si le tourisme spatial se développe, ne serait-ce qu'un peu, ce sera une mauvaise nouvelle pour le climat.

Le dimanche 11 juillet, Branson a atteint les limites de l’espace à bord de son vaisseau spatial Virgin Galactic VSS Unity. La fusée autonome Blue Origin de Bezos a été lancée hier, coïncidant avec l’anniversaire de l’alunissage d’Apollo 11.

Ces deux vols montrent à des touristes très fortunés la possibilité d’atteindre réellement l’espace. Les deux sociétés proposent des voyages organisés qui offrent aux passagers un petit tour de dix minutes en apesanteur et un aperçu de la Terre depuis l’espace. Pour ne pas être en reste, la société SpaceX d’Elon Musk proposera des voyages orbitaux avec sa capsule Crew Dragon plus tard en 2021.

Celui de Bezos est le plus propre

Mais quelles sont les implications environnementales d’une industrie du tourisme spatial ?

  • Bezos se vante que ses fusées Blue Origin sont plus écologiques que la VSS Unity de Branson. Le Blue Engine 3 (BE-3) utilise de l’hydrogène liquide et de l’oxygène liquide.
  • VSS Unity utilise un propergol hybride composé d’un combustible solide à base de carbone, de polybutadiène à terminaison hydroxyle (HTPB) et de protoxyde d’azote.
  • La série de fusées réutilisables Falcon de SpaceX propulsera le Crew Dragon en orbite à l’aide de paraffine liquide et d’oxygène liquide.

Leur combustion fournit l’énergie nécessaire au lancement des fusées dans l’espace, mais génère également des gaz à effet de serre et des polluants atmosphériques. La combustion du propergol BE-3 produit de grandes quantités de vapeur d’eau, tandis que la combustion des combustibles VSS Unity et Falcon produit du CO2, de la suie et un peu de vapeur d’eau. L’oxydant à base d’azote utilisé par VSS Unity génère également des oxydes d’azote, des composés qui contribuent à la pollution atmosphérique plus près de la Terre.

Environ deux tiers de tous ces gaz d’échappement aboutissent dans la stratosphère (entre 12 et 50 km) et la mésosphère (50-85 km), où ils peuvent persister pendant au moins deux à trois ans. Les températures très élevées lors du lancement et de la rentrée dans l’atmosphère (lorsque les boucliers thermiques protecteurs de l’engin de retour brûlent) transforment également l’azote stable présent dans l’air en oxydes d’azote réactifs.

Le touriste de l’espace émettra 100 fois plus

Ces gaz et particules ont de nombreux effets négatifs sur l’atmosphère. Dans la stratosphère, les oxydes d’azote et les produits chimiques issus de la décomposition de la vapeur d’eau transforment l’ozone en oxygène. Cela appauvrit la couche d’ozone, qui protège la vie sur Terre des rayons UV nocifs. La vapeur d’eau produit également des nuages stratosphériques qui forment une surface sur laquelle cette réaction peut se produire plus rapidement que ce ne serait le cas autrement.

Les émissions de CO2 et de suie des gaz d’échappement emprisonnent la chaleur dans l’atmosphère, contribuant ainsi au réchauffement de la planète. Les émissions de CO2 des touristes lors d’un vol spatial seront entre 50 et 100 fois supérieures aux émissions d’un vol long-courrier, qui sont d’une à trois tonnes par passager. Un refroidissement de l’atmosphère peut également se produire, car les nuages formés par la vapeur d’eau émise renvoient la lumière solaire vers l’espace. Une couche d’ozone appauvrie absorberait également moins de lumière solaire incidente et réchaufferait donc moins la stratosphère.

Pour déterminer l’effet global des lancements de fusées sur l’atmosphère, une modélisation détaillée est nécessaire pour tenir compte de ces processus complexes et de la persistance de ces polluants dans la haute atmosphère. Il est tout aussi important de bien comprendre comment l’industrie du tourisme spatial va se développer. Virgin Galactic prévoit d’offrir 400 vols spatiaux par an aux quelques personnes qui peuvent se le permettre. Blue Origin et SpaceX n’ont pas encore annoncé leurs projets.

Pour aller plus loin :

Plus
Lire plus...
Marchés