Quelles sont les similitudes entre les cours boursiers d’aujourd’hui et ceux de 1929, 1999 et 2007 ?

Ces dernières semaines, de nombreux experts ont prévenu que septembre pourrait être un mois sombre pour les investisseurs. Matt Maley, stratège en chef du marché chez le gestionnaire d’actifs Miller Tabak + Co, a noté dans une interview avec Marketwatch qu’il existe des similitudes entre les prix actuels des actions et ceux de 1929, 1999 et 2007.

Après la dernière flambée des marchés boursiers, plusieurs experts craignent qu’une autre correction sévère ne se prépare. Aux États-Unis en particulier, les inquiétudes s’accroissent, mais dans notre région aussi, la probabilité d’une correction augmente. La Commission européenne des valeurs mobilières et des changes (ESMA) a récemment annoncé qu’elle considérait qu’il était extrêmement probable que les marchés financiers subissent bientôt un coup dur.

L’histoire se répète-t-elle ?

Maley pense également qu’une correction est en cours. Il fonde son opinion sur divers parallèles entre les cours actuels des actions et ceux de 1929, 1999 et 2007. « Je ne dis pas que nous verrons un marché baissier comme ces années-là, mais je n’exclus certainement pas une correction profonde inévitable », a-t-il déclaré à Marketwatch. Voici les similitudes dont parle le stratège :

  • L’indice S&P500 se négocie à 22,5 fois les bénéfices escomptés et son ratio cours/valeur (C/V) de 3,1 fois est beaucoup plus cher qu’en 2000.
  • Les entreprises blancochéques, également connues sous le nom de spacs, ont le vent en poupe depuis un certain temps. « La dernière fois que les spacs ont été aussi grands que maintenant ? C’est bien ça, 1928/1929 », dit Maley.
  • « Comme en 1920 et en 2000, les dettes sur marge ont atteint de nouveaux sommets, ce qui est très bien jusqu’à ce que cela aille dans l’autre sens », a déclaré M. Maley. Et c’est exactement ce qui se passe actuellement. Les investisseurs s’endettent moins pour investir. En juillet, pour la première fois depuis le début de la crise coronavirus, on a constaté une baisse de la dette marginale. Cela signifie que les investisseurs ont moins confiance dans le marché. Ils ne sont plus disposés à emprunter de l’argent pour un investissement.
  • Les investisseurs individuels représentent 20 % du volume quotidien moyen des actions, soit le double du niveau d’il y a deux ans. De nombreux sommets de marché majeurs dans le passé – 1929, 1999/2000 – ont été caractérisés par des sauts importants dans l’activité des investisseurs.
  • De 1998 à 2000, les actions de nombreuses entreprises ont grimpé en flèche sans qu’aucun bénéfice ne soit réalisé. Les investisseurs se sont alors jetés sur ces actions. Maley voit des similitudes avec les actions dites « mèmes », telles que GameStop et AMC Entertainment.

« Je pense que le côté risque de l’équation risque/récompense a augmenté de manière significative ces derniers mois… et je pense donc que les investisseurs devraient prendre quelques bénéfices à ces niveaux », a déclaré Maley. « Si/quand ce rallye se termine, presque tout va tomber. Le cash est l’une des rares protections que les investisseurs trouveront efficaces dans de telles situations. »

À lire aussi:

Plus
Lire plus...
Marchés
BEL20