La mère de toutes les bulles : pourquoi la bourse ne pourra empêcher sa propre chute

Aucun investisseur ne veut manquer le train aujourd’hui. Les valorisations battent tous les records et n’ont plus rien à voir avec la « valeur réelle » d’un produit ou d’une entreprise. Tous les indicateurs sont dans le rouge, mais tout le monde fait l’autruche. Le gourou de Wall Street, Jeremy Grantham, ne sait pas encore quand cette bulle va éclater. Il estime à l’été, mais sa seule certitude c’est qu’elle va éclater.

Grantham n’est pas le premier venu. Le copropriétaire britannique de GMO Investment, une société de gestion de portefeuille de 100 milliards d’euros, âgé de 83 ans, a prédit toutes les grandes bulles récentes, mais est cette fois impressionné par ce qui se passe actuellement. Nous vous présentons ci-dessous son raisonnement, mais nous aimerions tout d’abord vous montrer sur quels indicateurs il s’appuie.

L’indicateur Buffett est à son plus haut niveau

Cet indicateur, qui porte le nom de l’investisseur le plus célèbre du monde, Warren Buffett, divise simplement la valeur totale du marché boursier par la valeur du produit intérieur brut (PIB). Selon ce calcul, le marché boursier n’a jamais été aussi surévalué depuis 1970.

Current Market Valuation


L’indice CAPE Shiller atteint un nouveau record

Nous l’avons signalé au début de l’année sur Business AM. Cet indicateur utilise le classique ratio cours/bénéfices, c’est-à-dire le prix d’une action par rapport à ses bénéfices. En utilisant les gains sur 10 ans comme moyenne, les effets saisonniers sont filtrés. Cet indice se situe désormais à 37,32. Ce n’est pas encore le niveau le plus élevé, mais il est deux fois plus élevé que la médiane.

Current Market Valuation

Le silence est d’or, tant que la chanson dure

90% du temps, l’investissement est une activité ennuyeuse. Lorsque les actions ou autres actifs sont évalués à leur juste valeur, la diversification est le mantra. Toutefois, si vous êtes dans un marché haussier à très long terme, tout devient un peu plus difficile. Tout le monde sait que le déclin arrivera, c’est juste qu’aucun acteur majeur du marché n’ose l’annoncer. Imaginez que vous êtes à la tête d’une grande banque et que vous dites à vos clients qu’ils doivent sortir maintenant. Impensable. Ensuite, il y a le risque que le marché boursier continue de croître pendant un certain temps et que vous soyez confronté chaque jour au téléphone à des clients en colère. Tout le monde se tait et suit l’histoire « que cette fois-ci, c’est différent de la dernière fois ».

Les symptômes de cette bulle

Il est frappant de constater que les bulles prennent toujours des formes extrêmes. Le meilleur exemple aujourd’hui est bien sûr l’action Tesla. Si l’on compare cette action avec le nombre de voitures produites, on constate que chaque Tesla vaut 1,2 million de dollars contre 9.000 dollars en moyenne pour une voiture de General Motors. Rien qu’en 2020, il y a eu 480 IPO ou introductions en bourse, un record absolu. Qu’en est-il des 248 SPACS (une société sans activité opérationnelle, une sorte de coffre rempli d’un argent dont on ignore encore à quoi il sera utilisé). Il y a également eu huit fois plus de commandes d’actions par des petits investisseurs en 2020 qu’en 2019.

Cette bulle n’a pas d’équivalent

Ce qui est frappant dans la bulle de 2021, c’est qu’elle diffère de toutes les bulles précédentes. Grantham prend 4 bulles de référence pour cela. Le krach de Wall Street en 1929, le krach japonais en 1990, la bulle technologique en 2000 et le krach financier de 2008. Durant toutes ces périodes, les banquiers centraux ont combiné une politique monétaire très laxiste avec des taux d’intérêt bas, ce qui allait de pair avec les excellentes conditions économiques de l’époque.

Et c’est là que notre économie diffère aujourd’hui. La situation économique actuelle est bien pire qu’avant la pandémie et pourtant la bourse n’a jamais été aussi haute. L’économie semble en voie de guérison, mais les dommages causés au tissu économique sont incalculables et sont dissimulés par les subventions et la création monétaire.

3 signaux

Il est très difficile de déterminer le moment exact, mais il y a 3 signaux qui se manifestent une fois que nous sommes proches du sommet:

  1. Maintenant « c’est vraiment différent », tout le monde crie à l’unisson.
    Ce que toutes les bulles partagent, c’est l’enthousiasme débridé des shamans des banques centrales. Ils crient tous à l’unisson que cette fois-ci, c’est vraiment différent de la précédente. En 1929, « l’économie avait atteint un plateau supérieur permanent », s’est écrié Alan Greenspan, alors directeur de la FED, en 2000. Il a justifié les valorisations boursières « par l’énorme augmentation permanente de la productivité ». Son successeur, Bernanke, a déclaré en 2006 que le marché immobilier américain était « fort et solide ». Et maintenant, Yellen et Powell crient que l’inflation que nous observons est temporaire et que tout ira bien par la suite.
  2. Les prophètes de malheur ont tort
    En outre, tous les prophètes de malheur présents sur les réseaux sociaux sont aujourd’hui considérés comme des analphabètes, car ils ne voient pas la dernière révolution technologique qui entraînera un incroyable saut de productivité. Ceux qui soutiennent que les taux d’intérêt pourraient également augmenter sont impitoyablement sabotés. Tout le monde part aujourd’hui du principe que la banque centrale américaine (Fed) ne relèvera pas les taux d’intérêt avant 2023. Mais si l’inflation continue à augmenter, elle devra agir.
  3. Le sprint vers la falaise
    Troisièmement, toutes les bulles ont une accélération finale sous la pédale, où le marché boursier connaît une autre forte hausse jusqu’à ce que certains investisseurs choisissent la porte de sortie. Le Nasdaq a grimpé de 49% l’année dernière, le Bel20 de 34% et l’AEX néerlandais de 37% au cours des 52 dernières semaines. Il est parfaitement possible que quelques dizaines de pour cent supplémentaires soient ajoutés, mais il est certain que la musique s’arrêtera à un moment donné.

Et à la fin, Keynes a toujours raison

Nous n’aimons pas les investisseurs et les analystes à contre-courant. Nous préférons que nos opinions soient confirmées. Cela n’empêche pas le raisonnement que Grantham a construit d’avoir du sens et il ne reste plus qu’à attendre que la bulle éclate.

Le brillant économiste Keynes n’aurait pas pu le dire plus succinctement : « Le marché peut rester irrationnel plus longtemps que l’investisseur peut rester solvable ». À ce moment-là, il est préférable de mettre votre ceinture de sécurité.


L’auteur Xavier Verellen est actif dans le secteur de l’Internet des objets. Son premier livre, Human Park, sera bientôt publié.

Pour aller plus loin:

Plus
My following

ABO-Group a un nouveau directeur financier

26/11/2021 17:00

(ABM FN) La société d'ingénierie ABO-Group a trouvé un nouveau directeur financier en la personne de Floris Pelgrims. C'est ce qu'a annoncé ABO-Group dans un communiqué de presse publié vendredi soir.

Floris Pelgrims prendra ses fonctions le premier janvier 2022 en tant que nouveau directeur financier et responsable de la conformité pour ABO-Group Environment. Il était dernièrement directeur financier chez BESIX Stay.

Lire plus...
Marchés
Lire plus...
Marchés
My following
Marchés
BEL20