Pourrons-nous bientôt faire nos courses à deux?

ROMUALD MEIGNEUX/SIPA

Alors que la majorité des commerçants a déjà exprimé sa déception quant aux résultats des soldes, experts et politiques se sont entendus pour un assouplissement de ‘la bulle d’une personne’ lors du shopping, en prévision du prochain CNS qui se tiendra demainLa ‘bulle de 5’ en revanche ne sera pas élargie. 

Ce mardi, le comité de concertation s’est réuni en amont du CNS et s’est mis d’accord pour relâcher les règles d’accès aux commerces. Depuis le 28 juillet, toute personne qui souhaite se rendre dans une boutique est en effet tenue de s’y rendre seule (sauf si elle est accompagnée d’un enfant de moins de 12 ans) et de faire ses achats dans un délai de 30 minutes maximum. 

Il est prévu que dès demain, cette règle soit assouplie et que les citoyens puissent se rendre accompagnés d’une personne dans une boutique. Une mesure plus qu’urgente selon le minsitre Denis Ducarne. ‘Le commerce souffre. Comme on s’y attendait, les soldes en cet été COVID ne donnent pas de bons résultats’ a-t-il expliqué. 

La ministre soutient également que la majorité des commerces fera faillite si les mesures ne sont pas assouplies. ‘Le commerce a besoin d’oxygène. Si la règle du client unique persiste pour le shopping, elle sera inévitablement un accélérateur de faillites’, a-t-il ajouté. 

Face au désarroi des commerçants, le Syndicat neutre pour indépendants (SNI) a même demandé aux autorités que les soldes soient prolongés jusqu’en septembre. ‘Trois magasins de mode sur quatre finiront l’année dans le rouge’, avait déclaré le SNI. 

La ‘bulle de 5’ maintenue

A également été débattu ce matin, l’élargissement de la fameuse ‘ bulle de 5’, que les politiques auraient souhaité élargir. Les experts, dont Marc Van Ranst et Erika Vlieghe, n’étaient pas du même avis. En conséquence, la bulle de 5 sera maintenue: ‘les chiffres de l’épidémie sont en train de baisser, même à Anvers, et sauf peut-être à Bruxelles. Élargir maintenant ne serait pas prudent’, a expliqué Marc Van Ranst.

Pourtant, cette ‘bulle de 5’ ne fait pas l’unanimité, même chez les experts. Récemment Yves Coppieters avait fait savoir sur le plateau de la RTBF, fin juillet, qu’il n’était pas convaincu de l’efficacité de cette mesure: ‘On nous présente un modèle théorique, rassurant et justificatif de l’effet de cette bulle de 5 par rapport à la bulle de 15, mais c’est une mesure qui n’a pas montré ses effets en termes de preuves scientifiques’. 

D’après lui, la bulle de 15 personnes n’avait que peu impacté les hospitalisations, et n’avait rien changé à la mortalité. Un point souligné par les politiques ce mardi, qui estiment que cette mesure relève de ‘l’hypocrisie’, la bulle de 5 n’étant ‘pas respectée’. 

Pourquoi la ‘bulle de 5’ n’est-elle pas élargie? 

Il est vrai que cette décision peut sembler surprenante d’autant plus que les chiffres sont en baisse. À la veille du CNS, le centre de crise a en effet fait savoir qu’une baisse des contaminations était observée depuis près d’une semaine. 

‘La situation à Anvers continue à évoluer favorablement, avec 135 nouveaux cas par jour. À Bruxelles, on a 118 nouveaux cas en moyenne par jour, toujours un chiffre en augmentation même si l’augmentation semble se ralentir’, a déclaré Frédérique Jacobs. ‘Nous observons une baisse dans toutes les autres provinces, sauf dans le Brabant flamand’, a-t-elle ajouté.

Frédérique Jacobs ajoute une précision: ‘entre le 9 et le 15 août, il y avait en moyenne 528 nouvelles contaminations par jour soit une baisse de 15 % par rapport à la semaine précédente’, portant le nombre total de contaminations à 78.897 sur le territoire. 

Deux points pourraient cependant expliquer le maintient de ‘la bulle de 5’:  

  • L’augmentation du nombre d’hospitalisation et de décès que le pays a connu au cours des derniers jours. Nous sommes passés de 25 hospitalisations par jour au début du mois, à près de 35 ce mardi. Toutefois, ce chiffre recommence à diminuer ce mercredi. Les décès annoncés quotidiennement sont toujours en hausse.
  • Synlab, le principal laboratoire en charge des rapports, aurait été victime d’une panne la semaine dernière, ce qui a occasionné un retard assez important dans ses comptes rendus et qui, pourrait partiellement fausser les résultats. Les nouveaux chiffres devraient d’ailleurs être bientôt corrigés.