Le nouveau patron du fabricant de batteries Northvolt souhaite une réponse européenne au protectionnisme climatique des États-Unis : « Il nous faut des structures autosuffisantes »

La société suédoise Northvolt, sur laquelle reposent de nombreux espoirs pour la transition énergétique, a un nouveau président de conseil d’administration : le Danois Jim Hagemann Snabe. Qui, dans le Financial Times, sonne immédiatement la cloche : la loi américaine sur la réduction de l’inflation pose un défi majeur à l’industrie européenne du développement durable.

Pourquoi est-ce important ?

L'"Inflation Reduction Act" (IRA), le colossal paquet climatique de l'administration Biden, libère un montant record de 369 milliards de dollars pour des investissements dans les énergies vertes. Toutefois, tant en Europe qu'en Corée du Sud, on rstime que cette loi ressemble plus un peu trop à du protectionnisme type "America First". Une des principales critiques vise le rabais fiscal accordé aux voitures électriques construites aux États-Unis. Cela pourrait poser des problèmes aux constructeurs automobiles européens qui se concentrent sur les VE, comme Volkswagen.

Dans l'actu : Jim Hagemann Snabe préconise des subventions européennes pour les fabricants de batteries de voitures électriques, tels que Northvolt.

  • "Pour moi, il ne fait aucun doute que l'Europe doit réussir dans ce domaine", a-t-il déclaré au FT. "L'IRA est une bonne stratégie pour les États-Unis. Je suis presque sûr que l'Europe devra faire quelque chose de similaire. La crainte est que cela réduise la mondialisation. Je pense que nous verrons un avenir plus régional."
  • S
Cet article premium est réservé aux abonnés
Devenez un abonné et obtenez un accès immédiat et illimité à tous les articles. Maintenant à partir de 1,99€/mois.

Oui, je veux avoir accès à tous les articles premium
Peut être annulé à tout moment
Déjà abonné ? Connectez-vous .
Plus d'articles Premium
Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20