La fin de 007: les espions ont-ils encore un rôle à jouer en cette ère de zéro-confidentialité?

Dans un monde où des centaines de millions de caméras sont actives et où les smartphones et les médias sociaux enregistrent chaque minute de notre vie, le rôle de l’espion semble presque terminé. Les gens qui avaient l’habitude de régler leurs affaires en toute opacité – songez à James Bond et cie – sont immédiatement trahis par les caméras aujourd’hui. En conséquence, la profession d’agent secret est devenue beaucoup plus difficile.

« L’évolution de la technologie, de la politique et du monde des affaires transforme l’espionnage. Les services de renseignement doivent s’adapter s’ils ne veulent pas perdre leur pertinence », déclare Edward Lucas, spécialiste de la Russie, dans Foreign Polcy. Lucas est également l’auteur du livre « Spycraft Rebooted: How Technology is Changing Espionage« . 

«Le rapport de forces dans le monde de l’espionnage est en train de basculer. Les sociétés fermées ont maintenant un avantage sur les sociétés ouvertes. Il est devenu plus difficile pour les pays occidentaux d’espionner dans des pays tels que la Chine, l’Iran et la Russie. Mais les services de renseignement de ces pays ont de plus en plus de facilités pour espionner le reste du monde. « 

On ne sait pas combien d’espions sont affectés par cette évolution. Il n’existe pas de données publiques sur le nombre d’espions actifs dans le monde. L’année dernière, on estimait qu’une centaine d’espions russes étaient actifs aux États-Unis. (Selon un rapport de la Henry Jackson Society, un groupe de réflexion sur la politique étrangère britannique, pas moins de 75 000 informateurs russes vivant à Londres aident activement les services secrets de leur pays d’origine.) Ils ont de plus en plus de difficultés. Ils opèrent sous un faux nom, dans des sociétés ouvertes, où les gens ne tiennent pas pour acquis qu’ils sont surveillés par des étrangers.

L’affaire Skripal

Un incident récent montre à quel point il est difficile pour les espions d’achever leurs missions sans être reconnus.

Il y a exactement un an, l’ancien agent double russe Sergei Skripal et sa fille Yulia ont été empoisonnés au Royaume-Uni avec le gaz neurotoxique Novichok. Mais la police britannique a pu rapidement identifier les auteurs. Grâce au matériel vidéo des caméras situées à proximité de la scène du crime. Les deux hommes ont été filmés en train d’appliquer le poison sur la porte d’entrée des Skripal. Quelques instants plus tard, ils ont pris un vol pour Moscou. Les deux étaient entrés en Angleterre sous un faux nom. Bellingcat, une organisation d’investigation privée, a réussi à identifier les deux agents en quelques mois. Il s’agirait d’agents russes travaillant pour les services de renseignement militaire de Poutine. Bellingcat a rendu publiques leurs identités présumées

Selon les experts, seuls les meilleurs espions qui parviendront à gagner la confiance des décideurs sans trahir leur prochain coup grâce à la technologie omniprésente survivront à la profession. Cela ne signifie pas que nous nous dirigeons vers un monde sans espions. En témoignent les nombreuses nouvelles entreprises d’espionnage privées qui ont vu le jour à Hollywood, New York et Londres.