Mauvaise nouvelle pour Boeing et son programme spatial Starliner

Starliner – Isopix

La NASA a publié l’évaluation du programme Starliner à laquelle elle a procédée après la perte de la navette spatiale conçue par Boeing. Le moins que l’on puisse écrire, c’est que le géant de l’aéronautique a du pain sur la planche…

L’agence spatiale américaine a dressé la semaine dernière une liste de pas moins de 80 recommandations à Boeing pour améliorer sa navette Starliner, parmi lesquelles figurent notamment des révisions de protocole de tests ou des améliorations logicielles.

‘Défaillance catastrophique’

Ce rapport fait suite au premier lancement du vaisseau spatial réutilisable CST-100 Starliner en décembre 2019. Ce vol test prévoyait que l’engin rejoigne la station spatiale internationale (ISS) avant de revenir sur Terre, mais une malfonction logicielle l’a empêché de mener sa mission à bien.

Peu après son lancement, la navette devait effectuer une ‘combustion d’insertion orbitale’, afin de se mettre sur la bonne trajectoire vers l’ISS… ce qui ne s’est pas produit. Les moteurs de la capsule ne se sont en effet pas allumés comme prévu. Ayant manqué la fenêtre et consommé trop de carburant en tentant de corriger sa position automatiquement, Starliner a dû être rapatrié prématurément.

L’enquête qui a découlé de cet incident a mis au jour toute une série de problèmes qui aurait pu entraîner une ‘défaillance catastrophique’ et être fatale à l’équipage, s’il y en avait eu un à bord.

Pour continuer à collaborer avec la NASA, Boeing va notamment devoir réaliser des tests beaucoup plus complets et de ‘bout en bout’. C’est-à-dire qu’au lieu de décomposer les phases de test en petites unités, le constructeur devra les mener en un seul bloc. La NASA estime que si cela avait été fait, ces tests de ‘bout en bout’ auraient mis au jour les malfonctions constatées lors du lancement inaugural.

SpaceX s’éloigne

En plus de cela, la NASA recommande également des révisions du matériel de communication, des mises à jour du logiciel du Starliner et des modifications structurelles des rapports de sécurité.

Autant dire que ces nouveaux délais ne sont pas une bonne nouvelle pour Boeing qui accuse déjà un retard conséquent dans sa course à l’espace avec SpaceX. Les deux entreprises sont en compétition pour décrocher le contrat qui doit permettre à la NASA de transporter ses astronautes vers et depuis l’espace. Un pas que SpaceX a déjà franchi en mai dernier lors d’un vol qualifié d’historique.