L’implant cérébral d’Elon Musk nous permettra-t-il d’avoir un orgasme quand nous le voulons ?

Le milliardaire de la technologie Elon Musk a deux énormes ambitions : Coloniser Mars et fusionner la conscience humaine avec l’intelligence artificielle. Cette dernière pourrait également déclencher une nouvelle révolution sexuelle.

Avec Neuralink, Elon Musk veut implanter des puces cérébrales dans notre crâne, ajoutant ainsi à notre conscience une couche cognitive reposant sur l’intelligence artificielle. Selon Musk, cette invention aura un impact plus important que ses projets pour Mars et dépassera probablement complètement les innovations virtuelles telles que le métavers.

En théorie, un tel implant cérébral nous permettrait également de contrôler des machines par la pensée. Par exemple, une personne paralysée ou amputée d’un membre pourrait contrôler par la pensée un bras robotisé ou une jambe artificielle. En fait, les applications sont presque infinies. Mais certains experts estiment que nous ne réfléchissons pas encore suffisamment aux possibilités offertes dans un autre domaine important : notre expérience érotique.

« L’Orgasmatron »

Plusieurs scientifiques ont déjà cherché à savoir s’il était possible de stimuler le cerveau de manière à éprouver un plaisir intense sans actions extérieures ou sans l’intervention de drogues.

Par exemple, le médecin et inventeur Stuart Meloy a mis au point en 2001 un appareil appelé « The Orgasmatron ». Ce dispositif a été inventé à l’origine pour aider les gens à faire face à une douleur intense. Mais une fois, Meloy a placé les électrodes de la machine au mauvais endroit sur une femme, ce qui l’a fait crier « de joie ». La femme en question a alors plaisanté en disant que Meloy devrait montrer cette astuce à son mari un jour, racontait l’inventeur au média New Scientist en 2014. Bien que cette situation soit évidemment comique, Meloy avait en effet réussi à procurer du plaisir érotique à une personne par le biais de la stimulation spinale.

Meloy a estimé en 2014 qu’il lui faudrait « environ 6 millions de dollars » pour tester l’appareil en vue de sa commercialisation. Cependant, ces investissements n’ont jamais été réunis pour l' »Orgasmatron ».

La stigmatisation posera des problèmes aux régulateurs et aux assureurs

Avec Neuralink, aurons-nous enfin un bouton pour avoir un orgasme quand nous le voulons ? Les experts pensent qu’il y a encore des obstacles.

Selon Liz Klinger, une entrepreneuse qui a lancé son propre vibrateur intelligent, il ne sera pas facile d’obtenir l’autorisation des autorités réglementaires, de tester suffisamment la fonction ou de rallier les assureurs. Il y aurait encore trop de stigmatisation et trop peu de recherches sur les problèmes de santé liés à la sexualité, explique Mme Klinger au Daily Star.

Pour résoudre tout cela, il faudra beaucoup de capitaux. Mais comme nous le savons tous, l’argent est une préoccupation mineure pour le patron de Tesla, SpaceX et Neuralink en ce moment.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20