Les vies secrètes de Maria et Katerina, les filles de Poutine

Depuis cette semaine, Maria Vorontsova et Katerina Tikhonova figurent sur la liste des sanctions américaines et britanniques en raison de la guerre en Ukraine. Pourquoi ? Car elles sont les filles du président russe Vladimir Poutine. Jusqu’à aujourd’hui, les deux femmes ont mené une existence plutôt anonyme.

Il n’y a pratiquement pas de photos d’eux, en comparaison, par exemple, avec les enfants des présidents américains Joe Biden ou Donald Trump. Contrairement à homologues américains, Poutine ne se laisse jamais voir en compagnie de ses progénitures.

« Je ne discute jamais de ma famille avec quiconque », a-t-il déclaré à en 2015, rappelle The Guardian. « Ils n’ont jamais été des enfants ‘célèbres’, ils n’ont jamais pris plaisir à ce que les projecteurs soient dirigés vers eux. Ils vivent leur propre vie. »

On ne sait même pas avec certitude combien d’enfants le président russe a au total. Officiellement, il en a deux, qu’il a eus avec sa première femme Lyudmila Shkrebneva. Il l’a épousée en juillet 1983.

Poutine, à l’époque au début de sa carrière dans les services secrets russes du KGB, avait rencontré l’hôtesse de l’Aeroflot quelques années plus tôt lors d’un concert. « Il devait y avoir quelque chose en lui, puisqu’en trois ou quatre mois, j’ai décidé qu’il était la personne dont j’avais besoin », raconte Shkrebneva au site du Kremlin.

Mère Lyudmila

Poutine lui-même était allé au concert suite à l’invitation d’un ami qui lui avait promis qu’il y aurait des filles. « Et il y avait des filles », se souvient le président russe. Poutine semble un peu moins amoureux que sa future épouse. En effet, sa décision de se marier est en partie motivée par la pensée que s’il ne le fait pas dans les deux ou trois ans, cela n’arrivera « jamais ».

Moins de deux ans après le mariage, l’aînée, nommée Maria Vladimirovna Vorontsova, naît le 28 avril 1985. Le couple avait toujours vécu à Saint-Pétersbourg, mais la famille déménage à Dresde, où Poutine travaille pour les services secrets. C’est là que naît, le 31 août 1986, Katerina Vladimirovna Tikhonova.

Les deux filles ont été prénommées en hommage à leurs grands-mères: Maria, la mère de Poutine, et Katerina, la mère de Lyudmila. Selon son ex-épouse, Poutine gâte beaucoup ses filles, mais c’est elle qui est responsable de leur éducation.

Le couple s’est séparé en 2013, une décision qu’il a rendue publique dans une émission de télévision, note ABC News. Maria et Katerina avaient toutes deux une vingtaine d’années à l’époque. Et l’on sait peu de choses sur leur enfance.

Fille aînée : Maria

L’année du divorce, Maria a fait la une des journaux aux Pays-Bas. Avec son ancien mari présumé, le Néerlandais Jorrit Faassen, elle vivrait dans un penthouse dans le quartier de Krim à Voorschoten. En juillet 2014, après la catastrophe du MH17, le quartier avait été placé sous une surveillance accrue par la police.

La date de leur rencontre n’est pas claire, rapportent des journalistes d’investigation de Current Time et Meduza, deux médias indépendants russophones. En tout cas, Maria Vorontsova se trouvait aux Pays-Bas en 2008, selon une photo publiée par le site de recherche russe New Times. Son vélo et elle sont clairement reconnaissables et posent à côté d’un canal, à côté d’une voiture avec des plaques néerlandaises.

Connexion néerlandaise

Dans une interview accordée à Follow the Money, Jorrit Faassen a nié avoir des liens avec la famille Poutine. Quoi qu’il en soit, un incident survenu en 2010 montre qu’il a des relations dans les hautes sphères.

A l’époque cadre chez Gazprom, il s’est battu à Moscou avec gardes du corps d’un banquier, Matvey Urin, suite à un incident de circulation. Ce dernier l’a finalement payé cher : il a été condamné à des années de prison. Les agents de sécurité impliqués y ont également été envoyés. Cette punition sévère pour un banquier de premier plan semble indiquer que le Néerlandais a de très bonnes relations dans les hauts cercles russes.

Avec ou sans Faassen : Maria s’est fait un nom. En 2011, elle a obtenu un diplôme de médecine avec mention à l’Université d’État de Moscou. Son deuxième diplôme, après celui de biologie, acquis à l’université de Saint-Pétersbourg.

Sa carrière va logiquement dans le même sens. Elle dirige des programmes de recherche génétique financés par le gouvernement russe, rapporte le Trésor américain. Via Nomeko, qui mène des recherches sur la lutte contre le cancer, précise la BBC. Elle détient une participation de 20% dans cette société, a-t-elle déclaré dans une interview accordée en 2019 à la télévision publique russe.

Seconde fille : Katarina

Sœur Katerina va dans une direction légèrement différente. Elle a étudié la physique et les mathématiques à Saint-Pétersbourg. Elle aime également la culture japonaise et la danse rock ‘n’ roll, comme on peut le voir dans des séquences de 2013.

Selon plusieurs médias, elle s’est mariée secrètement en 2013 avec Kirill Shamalov, un fils du poète Nikolai Shamalov, copropriétaire de la Rossiya Bank. Un événement célébré lors pendant trois jours dans la station de ski d’Igora, près de Saint-Pétersbourg.

Le couple représentait une fortune de 2 milliards de dollars en 2015, avait calculé Reuters. En 2018, les deux tourtereaux se seraient séparés. La manière dont la succession a été divisée est inconnue.

Cheffe de l’institut de recherche

Le plus jeune enfant – officiellement reconnu – de Poutine a travaillé à différents postes à l’université d’État de Moscou. Elle y a collaboré à au moins huit publications scientifiques. En 2020, elle a été nommée à la tête d’un institut de recherche de l’université qui mène des recherches sur l’intelligence artificielle. L’État russe y injecte des milliards de dollars.

L’institut Innopraktika est décrit par Poutine lui-même comme « l’un des outils les plus importants de la stratégie nationale de développement de l’IA ». Le club de conseillers de Katerina comprend cinq membres du cercle restreint de Poutine, dont deux officiers du KGB de l’époque où il était à Dresde.

Sur la liste des sanctions

Si, jusqu’à récemment, les deux filles étaient restées relativement discrètes, depuis cette semaine, ce n’est plus le cas. Le bain de sang que les troupes russes ont causé lors de leur retraite de certaines villes ukrainiennes a été une raison pour les États-Unis et le Royaume-Uni de mettre Maria et Katerina sur la liste des sanctions.

Cela signifie qu’elles ne peuvent plus accéder à leur argent ou à d’autres actifs aux États-Unis, ni se rendre dans ce pays. Et il y a de fortes chances pour que l’Union européenne fasse de même. Dans le cadre du cinquième train de sanctions, l’UE a élargi sa liste des personnalités russes sanctionnées. Leur identité sera annoncée dans les prochains jours.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20