« Tout le monde est contre nous » : chez les Russes, la popularité de Poutine ne cesse d’augmenter à mesure que la guerre en Ukraine se prolonge

La guerre en Ukraine a donné un grand coup de pouce à la popularité de Vladimir Poutine en Russie, selon un nouveau sondage indépendant. De nombreux Russes se rallient apparemment à leur drapeau, face la pression internationale croissante.

83 % des Russes disent approuver les actions de M. Poutine, contre 69% en janvier, selon un sondage réalisé par le Levada Center, un institut de sondage indépendant de Moscou. Les notes de soutien aux nombreuses autres institutions gouvernementales, ainsi qu’au parti au pouvoir, ont également augmenté.

Le sondage de Levada – qui est considéré comme hostile par le Kremlin et a été déclaré « agent étranger » – a été réalisé auprès de plus de 1.600 personnes dans tout le pays, avec une marge d’erreur ne dépassant pas 3,4%.

Denis Volkov, directeur de Levada, a déclaré que les sentiments initiaux de « choc et de confusion » ressentis par de nombreux Russes au début de l’invasion de l’Ukraine le 24 février ont été remplacés par la conviction que la Russie est assiégée et que le peuple doit se rassembler autour de son dirigeant.

« C’est bien que Poutine nous défende, sinon nous serions dévorés vivants »

« La confrontation avec l’Occident a consolidé le peuple », selon Volkov. Le sondage a montré que certaines personnes interrogées ont déclaré que, même si elles ne soutenaient généralement pas Poutine, le moment était venu de le faire. De plus en plus de Russes pensent que « tout le monde est contre eux » et qu’il est bon que « Poutine nous défende, sinon nous serions dévorés vivants ».

Certains observateurs estiment que les sondages en Russie ne reflètent pas fidèlement l’opinion publique. De nombreuses personnes donnent des réponses qu’elles pensent être socialement acceptables. Pourtant, la plupart des experts en sondages occidentaux sont convaincus de la solidité de Levada et estiment que le sondage mesure bien la dynamique de l’humeur des Russes.

Toutefois, il faut tenir compte du fait que de nombreux Russes vivent dans un monde tel que présenté par les médias d’État. Pour eux, il n’y a pas de guerre avec l’Ukraine. Au lieu de cela, leur pays mène « une opération militaire spéciale » pour éradiquer les extrémistes d’extrême droite dans un pays frère qui a dévié de sa route et a été « forcé par les pays occidentaux à se retourner contre Moscou ».

Selon des militants des droits de l’homme, des milliers de personnes ont été arrêtées lors de manifestations contre la guerre ces dernières semaines

Le Kremlin a décidé de réduire au silence la plupart des médias indépendants en Russie, obligeant certains à fuir ou à suspendre leurs activités, et d’autres à s’autocensurer. La Russie a bloqué l’accès aux plateformes de réseaux sociaux, dont Facebook, et aux principaux organes de presse étrangers, et a adopté une loi punissant jusqu’à 15 ans de prison toute personne diffusant de « fausses informations » sur l’invasion de l’Ukraine. Les militants des droits de l’homme affirment que des milliers de personnes ont été arrêtées lors des manifestations anti-guerre de ces dernières semaines.

Poutine a toujours bénéficié d’une cote de popularité relativement élevée depuis qu’il est devenu président en mai 2000. Sa popularité a atteint 79% en moyenne au cours de ses 20 premières années de mandat. Certains politologues attribuent cette tendance au « charisme personnel et à l’image publique de Poutine » et à la préférence des Russes pour un « dirigeant fort ». D’autres experts affirment qu’elle ne fait que refléter l’indifférence des Russes et leur confiance symbolique dans les dirigeants politiques.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20