Les talibans sont assis sur un trésor de ressources vraiment stupéfiant. Mais il y a un problème

Comment l’Afghanistan peut-il mettre en place une économie fonctionnelle ? Quelles sont les options dont dispose le pays maintenant que l’aide américaine s’est évaporée et que l’aide internationale a largement cessé ? Une option réside dans les ressources naturelles. L’Afghanistan possède une richesse en matières premières estimée à plus de mille milliards. Mais cette richesse n’est pas à prendre à la légère.

Pourquoi est-ce important ?

Bien que l'abondance de matières premières soit énorme, la présence de ces ressources ne sera pas un tremplin vers une nouvelle économie. Ou du moins pas rapidement. Les géologues estiment qu'il faudra au moins sept à dix ans avant que l'exploitation minière à grande échelle ne devienne une nouvelle source de revenus significative.

L’Afghanistan est connu pour ses pierres précieuses – rubis, émeraudes, tourmaline et lapis-lazuli – depuis des milliers d’années. Ces minéraux sont encore exploités localement, légalement et illégalement, dans des mines artisanales souvent de petite taille. Les ressources du pays en fer, cuivre, lithium, éléments de terres rares, cobalt, bauxite, mercure, uranium et chrome sont toutefois beaucoup plus précieuses.

Les géologues britanniques et allemands ont mené les premières recherches modernes sur les minéraux de l’Afghanistan au XIXe et au début du XXe siècle. Mais ce sont les Soviétiques qui, dans les années 1960 et 1970, ont réalisé la plupart des explorations systématiques à travers le pays. Cela a permis d’obtenir une grande quantité d’informations détaillées qui constituent désormais la base des études récentes.

Une cartographie détaillée sur le terrain et un échantillonnage de masse, y compris des dizaines de milliers de mètres de forages, ainsi que les analyses de laboratoire associé ont été effectuées par les scientifiques soviétiques. À en juger par le temps et l’argent investis, il semble que des plans de haut niveau aient été élaborés pour exploiter les ressources de l’Afghanistan une fois le pays sous influence soviétique. Mais ça ne s’est jamais vraiment produit. En 1989, après avoir tenté de conquérir le pays pendant près de dix ans, les Soviétiques ont dû partir la queue entre les jambes.

Les Américains sont arrivés en 2001. De 2004 à 2011, l’U.S. Geological Survey (USGS) a procédé à une évaluation détaillée des richesses minérales de l’Afghanistan. En grande partie sur la base des informations extraites par les Soviétiques, l’USGS a délimité les 24 zones les plus prometteuses du pays. Pour l’ensemble des 24 zones, des ensembles de données ont été préparés à l’intention des entreprises afin qu’elles puissent faire des offres éclairées pour exploiter les ressources potentielles.

Les entreprises chinoises et indiennes ont manifesté un grand intérêt et des concessions ont effectivement été faites. Toutefois, les discussions sur les conditions contractuelles et les problèmes de sécurité ont bloqué l’activité depuis la fin de 2010.

Combien de minéraux l’Afghanistan possède-t-il réellement ?

Les ressources totales de cuivre pour tous les gisements connus sont d’environ 57,7 millions de tonnes. Aux prix actuels, cela représente plus de 500 milliards. Il s’agit de sources qui ont été identifiées, mais qui n’ont pas été entièrement explorées et évaluées. Si des recherches plus poussées montraient qu’il est possible de les récupérer de manière rentable, elles placeraient l’Afghanistan parmi les cinq premiers pays du monde en termes de réserves de cuivre.

Le plus grand gisement de cuivre, qui contient également des quantités importantes de cobalt, est le champ de minerai d’Aynak, à environ 30 kilomètres au sud-est de Kaboul. Après l’invasion de l’Afghanistan par l’Union soviétique en 1979, les Soviétiques ont commencé à développer la mine. Toutefois, cette mesure a été suspendue en 1989 après le retrait de l’Union soviétique du pays. La partie à haute teneur du gisement total d’Aynak est estimée à 11,3 millions de tonnes de cuivre, ce qui représente une valeur de plus de 100 milliards d’euros aux prix actuels du marché.

L’Afghanistan possède également des ressources en minerai de fer de classe mondiale, concentrées dans la région de Haji Gak, dans la province de Bamiyan. Haji Gak possède une quantité estimée à 2.100 millions de tonnes de minerai de fer de haute qualité. Au niveau de prix actuels, cela représente une valeur de près de 350 milliards d’euros, ce qui place l’Afghanistan parmi les dix premiers pays du monde en termes de fer extractible.

Il existe également de gigantesques ressources en lithium dans la province de Nurista. Et puis il y a les éléments de terres rares dans la province méridionale de Helmand. Ces gisements contiennent principalement du cérium, avec de petites quantités de lanthane, de praséodyme et de néodyme plus précieux, pour un total d’environ 1,4 million de tonnes. Deux d’entre eux, le praséodyme et le néodyme, ont un prix élevé – 45 000 euros par tonne – et sont nécessaires pour les aimants utilisés dans les moteurs des voitures hybrides et électriques.

Un peu de sagesse minière

Mais la sagesse minière veut que ce qui est dans le sol soit moins important que ce qui est au-dessus. La réalité du marché, la sécurité, les conditions contractuelles, les infrastructures et les questions environnementales sont plus importantes que l’abondance pure et simple pour déterminer si les ressources peuvent être exploitées. Parmi ces facteurs, le plus pertinent aujourd’hui est sans doute la forte demande mondiale de métaux, notamment de cuivre, de lithium et de terres rares, qui sont essentiels aux marchés en pleine croissance des énergies renouvelables et des véhicules électriques.

Le fait que l’Afghanistan puisse ou non commencer à exploiter ces éléments dépendra de ce que fera le nouveau gouvernement taliban. Sous l’ancien ministère des mines, un contrat de 2,9 milliards de dollars pour une partie du gisement de cuivre d’Aynak a été attribué à deux entreprises d’État chinoises. Le contrat de 30 ans, signé en 2007, prévoyait un taux de redevance élevé par rapport aux normes mondiales et exigeait que la fonte et le traitement du minerai soient effectués localement. Parmi les autres conditions figurait la construction d’une centrale électrique au charbon de 400 mégawatts et d’une ligne de chemin de fer jusqu’à la frontière pakistanaise. Il était également stipulé qu’au moins 85 % de la main-d’œuvre, des travailleurs qualifiés aux cadres, devaient avoir la nationalité afghane dans les huit ans suivant la date de début des travaux. Bien qu’acceptées à l’origine, ces conditions ont ensuite été déclarées trop onéreuses par les entreprises et le développement a été interrompu.

Pas de mer, pas de chemin de fer, pas de perspectives

Si des routes mènent à de nombreux gisements de minerai en Afghanistan, elles ne sont pas de bonne qualité, et les infrastructures ferroviaires et électriques sont également très médiocres. Les sociétés minières ne reculent généralement pas devant de tels défis, mais dans le cas présent, la situation est exacerbée par le terrain accidenté et la nature enclavée du pays. Cela rend d’autant plus essentiel un bon réseau ferroviaire, car c’est finalement le seul moyen de transporter le minerai, brut ou raffiné, vers les marchés étrangers. Mais : ce réseau est inexistant.

Il existe également des préoccupations environnementales et culturelles. Si elle n’est pas réglementée, l’exploitation minière peut avoir un impact majeur sur la qualité des sols et de l’air et sur les bassins fluviaux – un problème particulier dans un pays où l’eau est rare -. Près du gisement de cuivre d’Aynak se trouve un grand site avec des reliques bouddhistes, des statues, des temples et des stupas. Il existe également des sites miniers de l’âge de bronze qui pourraient abriter d’importantes découvertes archéologiques. Là encore, on ne sait pas encore comment les dirigeants talibans, qui ont ordonné la destruction des grandes statues bouddhistes de Bamiyan en 2001, traiteront ces sites à l’avenir.

Pour l’Afghanistan, ses ressources peuvent représenter une source d’investissements étrangers à long terme, de renforcement des compétences et d’expansion des infrastructures. Tous ces éléments sont essentiels pour une économie durable. Mais une grande question est de savoir quelles entreprises seraient impliquées. Après tout, l’Afghanistan est également au centre d’un conflit géopolitique, impliquant à la fois l’Inde et le Pakistan, ainsi que la Chine, l’Iran et les États-Unis. Le fait que les talibans soient maintenant au pouvoir ne rend pas les minéraux du pays moins importants.

À lire aussi:

Plus
Lire plus...
Marchés