Les patients souffrant de ‘Covid long’ semblent se sentir mieux après le vaccin

Isopix

Plusieurs patients touchés par ce que l’on appelle le Covid de longue durée disent se sentir beaucoup mieux après avoir reçu le vaccin contre le coronavirus. Il est trop tôt pour dire si les vaccins ont un effet bénéfique général sur ces patients présentant des symptômes persistants, mais les scientifiques sont intrigués et commencent à étudier le phénomène.

Ainsi, un certain nombre de personnes signalent que les symptômes post-Covid qu’elles ressentent depuis des mois ont commencé à s’atténuer, parfois de manière significative, après avoir reçu le vaccin. C’est un phénomène que les médecins et les scientifiques suivent de près, mais les incertitudes sont encore nombreuses.

Après tout, les scientifiques ne font que commencer à étudier les effets possibles des vaccins sur les symptômes à long terme du Covid. Les témoignages varient – outre ceux qui disent s’être sentis mieux après l’injection, beaucoup d’autres affirment n’avoir ressenti aucun changement, et un petit nombre rapporte même s’être senti moins bien – tout comme les rapports des médecins. Selon ces derniers, environ 40% des patients traités pour Covid long semblent se sentir mieux après le vaccin.

Des chiffres encourageants

Ce mois-ci, une petite étude menée par des chercheurs britanniques (qui n’a pas encore fait l’objet d’une évaluation par les pairs) a révélé que huit mois après que des personnes aient été hospitalisées à cause du Covid-19, celles qui avaient été vaccinées ont connu une amélioration plus importante de leurs symptômes que celles qui n’avaient pas encore été vaccinées. Les 44 patients vaccinés participant à l’étude étaient plus âgés et présentaient davantage de pathologies sous-jacentes, car les personnes présentant ces caractéristiques étaient plus susceptibles d’être éligibles pour la vaccination.

Un mois après avoir été vaccinés, ces patients ont signalé une amélioration de 23% de leurs symptômes de Covid long, comme les douleurs articulaires ou de la respiration. Il n’y avait pas de différence dans les taux de réponse entre les personnes ayant reçu les vaccins de Pfizer-BioNTech et d’Oxford-AstraZeneca.

Une enquête menée auprès de 345 personnes, en majorité des femmes et principalement en Grande-Bretagne, a révélé que 93 d’entre elles se sentaient légèrement mieux deux semaines ou plus après leur première dose de vaccin et 18 se sentaient redevenues normales – au total, 32% des personnes interrogées ont signalé une amélioration. 61 personnes, soit un peu moins de 18%, se sont senties plus mal, la plupart de ces dernières n’ayant signalé qu’une légère détérioration de leur état. Près de la moitié enfin – 172 personnes – ont déclaré ne pas se sentir différentes.

Une autre enquête, réalisée par Survivor Corps, au sein d’un groupe de plus de 150.000 survivants du Covid, a révélé qu’au 17 mars, 225 des 577 personnes interrogées ont fait état d’une certaine amélioration, tandis que 270 n’ont ressenti aucun changement et que 82 se sont senties moins bien.

Les scientifiques affirment que le fait de comprendre pourquoi les vaccins aident certains patients atteints de Covid long et pas d’autres pourrait aider à élucider les causes sous-jacentes de divers symptômes et les moyens possibles de les traiter.

De nombreuses questions demeurent

Akiko Iwasaki, immunologiste de renom au département de biologie moléculaire, cellulaire et du développement à l’université de Yale, pense qu’un vaccin, en générant des anticorps contre la protéine ‘spike’ du coronavirus, pourrait potentiellement éliminer les restes du virus, ou restes d’ARN viral. Si tel était le cas, cela pourrait suggérer que le vaccin peut offrir une sorte de guérison permanente pour ces patients. Selon le Dr Iwasaki, le vaccin pourrait également aider les personnes chez qui les symptômes à long terme du Covid pourraient être causés par une réaction post-virale semblable à une maladie auto-immune. Du moins si le vaccin stimule des réponses immunitaires innées qui tempèrent ce type de réaction. Mais d’après l’expérience des personnes atteintes d’autres maladies auto-immunes, ce soulagement ne serait pas de très longue durée et les symptômes réapparaîtraient.

De nombreuses questions restent néanmoins en suspens: existe-t-il des caractéristiques spécifiques, telles que l’âge, le sexe, le type ou la durée des symptômes, qui sont susceptibles d’améliorer la situation de certains patients souffrant de Covid long? Un vaccin serait-il moins efficace pour les personnes souffrant d’affections plus complexes? Quid des personnes dont les symptômes sont déterminés par des voies biologiques multiples (peut-être à la fois un reste d’ARN et une activation auto-immune) ou dont les symptômes ont changé ou fluctué dans le temps? Et surtout, certains types de vaccins sont-ils plus susceptibles d’être bénéfiques?

Pour aller plus loin: