Les auto-tests seront disponibles en pharmacie à partir du 6 avril, et bientôt dans les supermarchés ?

Isopix

Après la France, la Belgique autorise à son tour les tests rapides en pharmacie. S’ils ne sont pas fiables à 100%, ils sont toutefois une bonne indication, comme l’expliquait une étude de The Lancet. Ils seront disponibles en pharmacie à partir du 6 avril.

  • Les auto-tests se présentent dans la plupart des cas avec un écouvillon qu’il faut racler dans le nez ou dans la gorge. Plus petits que dans les hôpitaux, ces cotons-tiges sont plus facilement utilisables, mais aussi forcément moins fiables. Il s’agit d’un test antigénique rapide dont le résultat est délivré après 15 à 30 minutes. Il fonctionne comme un test de grossesse, il suffit de regarder les petites barres qui s’affichent.
  • Si vous êtes positifs, il est vivement conseillé de vous rendre dans un centre de testing pour confirmer votre test ou de consulter votre médecin généraliste.
  • Les tests seront remboursés pour les revenus les plus modestes (BIM) à 1 euro pour deux tests par semaines.
  • Pour les autres, ils devraient coûter entre 5 et 10 euros le test.

Selon le ministre de la Santé, les autotests pourraient à terme être également vendus dans les supermarchés. Mais ce ne sera pas avant le mois de mai et une évaluation du programme. Rappelons que nos capacités de testing sont sous-employées actuellement. Si ces auto-tests ne seront pas une révolution, ils permettront à toute personne qui ne se sent pas bien de savoir ou pas si cela provient du Covid-19 et de se mettre en quarantaine le cas échéant.

En outre, rappelons que depuis la semaine dernière, les entreprises qui en font la demande peuvent bénéficier de tests rapides à utiliser de manière préventive. Il s’agit de l’une des mesures annoncées lors du dernier comité de concertation.

Pour en savoir plus: