Les 6 tendances immobilières les plus notables liées au coronavirus: la hausse des prix n’en fait pas partie

La pandémie a fait bouger les lignes du secteur de l’immobilier.

La crise du coronavirus a eu de nombreuses conséquences inattendues sur l’immobilier résidentiel. Les prix de l’immobilier ont été épargnés pour l’instant – en Belgique, ils ont légèrement augmenté – bien que Belfius prévoie une baisse en 2021. Toutefois, le confinement a entraîné un certain nombre de changements de comportement. Le journal britannique Financial Times a identifié six grandes tendances qui se poursuivront après la crise du coronavirus.

1. Différentes générations sous le même toit

This image has an empty alt attribute; its file name is johnny-cohen-OxOxqLAWvE0-unsplash-ConvertImage-1611318949-1024x683.jpg

La maison multigénérationnelle était une tendance qui existait déjà avant le coronavirus. La maison dite « kangourou » était un moyen idéal pour les personnes âgées de vivre à la maison avec l’aide et le soutien de leur famille proche.

Maintenant, les étudiants vivent beaucoup moins dans des kots. Une tendance causée par la multiplication des cours en ligne. C’est aussi le cas pour les jeunes diplômés, qui font l’amère expérience de la détérioration du marché de l’emploi. Le nombre de personnes dans la vingtaine continuant à vivre chez leurs parents va encore augmenter. En outre, les personnes âgées vont être moins enclines à déménager dans une maison de repos et de soins et les homes en raison des récents rapports alarmants sur ceux-ci.

2. L’essor du bureau à domicile

This image has an empty alt attribute; its file name is kelly-bbc_wide-2f42fc2cf1d700440fc830eb25ecc6685e8cf086-1611317314-1024x576.jpg

Cette tendance est irréversible, affirme le professeur d’économie du travail Stijn Baert, sur base d’une enquête récente menée par l’université de Gand auprès des employés et des employeurs. « Cette enquête semble également être une (première) indication que le télétravail pourrait vraiment être là pour rester ».

Des entreprises comme Google, Zillow et Microsoft supposent même que bon nombre de leurs employés ne viendront plus jamais dans un bureau. La banque ING part également du principe que ses employés travailleront à domicile 50% du temps.

3. La fuite vers la campagne

This image has an empty alt attribute; its file name is katie-rodriguez-IiTha4D9Z-Q-unsplash-1611318144-1024x683.jpg

Cette tendance va à l’encontre de toutes les évolutions précédentes, qui ont vu les villes sans cesse gagner en importance. Pour de nombreuses familles, l’obligation de suivre ce nouveau rythme de travail engendre un lourd tribut mental. Surtout quand il n’y a pas de place disponible pour permettre aux enfants de se défouler.

La récente migration de la génération des retraités qui se sont installés en ville – attirés par la culture et la restauration – semble s’être ralentie. Beaucoup d’entre eux se rendent compte aujourd’hui que la verdure leur manque. Selon les derniers chiffres disponibles, la pression sur les prix des villas et des maisons rurales abordables est donc très forte.

4. La maison économe en énergie

Maintenant que tout le monde vit à la maison pratiquement 24 heures sur 24, les maisons et les appartements consomment beaucoup plus d’énergie. Par conséquent, la demande envers les nouvelles technologies à haut rendement énergétique, telles que le triple vitrage, les panneaux solaires et les pompes à chaleur, va encore augmenter. Une législation environnementale plus stricte va également contribuer à leur essor.

5. Le besoin d’autosuffisance

Les potagers ont la cote depuis le début de la pandémie. Beaucoup de gens ont maintenant plus de temps pour se (re)mettre au jardinage. Cependant, il existe également une tendance à long terme qui veut que le sentiment d’insécurité domine le monde. Il est donc préférable de se protéger autant que possible contre d’éventuelles catastrophes en pourvoyant soi-même à ses besoins fondamentaux. L’ambition de produire notre propre électricité s’inscrit certainement elle aussi dans cette tendance.

6. La maison communautaire

Aujourd’hui, la plupart des immeubles à appartements sont construits comme un ensemble d’unités autonomes conduisant à l’éloignement entre voisins et résidents d’un même immeuble.

L’ambition est de concevoir ces bâtiments de manière à prévoir beaucoup plus d’espace pour les activités collectives. Un espace barbecue, une page Facebook où des nouvelles sont partagées entre voisins ou une aire de jeux pour enfants sous la surveillance des résidents eux-mêmes. Une série initiatives qui renforcent le sentiment de convivialité et qui semblent être à la mode.