Les 11 phénomènes météorologiques que nous subirons plus souvent à cause du changement climatique

Les gens sont choqués par la brutalité des récentes catastrophes climatiques. Nous commençons également à nous rendre compte que le changement climatique n’est pas un phénomène qui se situe dans un avenir lointain. C’est la première fois qu’il frappe près de chez nous de manière aussi spectaculaire. Et les catastrophes se multiplient dans le monde entier. Au moins onze phénomènes météorologiques influencés par l’homme ont été enregistrés. Lesquels ?

Pourquoi est-ce important ?

L'homme a rejeté dans l'atmosphère une telle quantité de dioxyde de carbone et d'autres gaz à effet de serre qui réchauffent la planète que ce qui est "normal" ne l'est plus. Nous le constatons déjà, mais la situation va s'aggraver.

L’été n’est même pas encore à moitié écoulé que nous avons déjà assisté à des vagues de chaleur dans le nord-ouest du Pacifique et au Canada, avec des températures qui seraient chaudes même pour la Vallée de la Mort, à des vagues de chaleur de plus de 50°C au Moyen-Orient, à d’énormes incendies aux États-Unis, en Sibérie et en Méditerranée, et à des inondations mortelles aux proportions bibliques chez nous, en Allemagne, en Chine et en Inde.

L’homme a rejeté dans l’atmosphère une telle quantité de dioxyde de carbone et d’autres gaz à effet de serre qui réchauffent la planète que ce qui est « normal » ne l’est plus. Une nouvelle étude montre, par exemple, que des vagues de chaleur prolongées – qui battent largement les records – sont de plus en plus probables, et que le rythme du réchauffement climatique est lié à la probabilité croissante de ces chaleurs extrêmes.

Il existe une hiérarchie de base des événements extrêmes dont la recherche scientifique a montré à ce jour qu’ils sont les plus affectés par le changement climatique d’origine humaine.

1. Déjà plus de vagues de chaleur

Des études montrent que ces dernières sont appelées à augmenter considérablement avec le réchauffement de la planète, et c’est d’ailleurs exactement ce que nous observons déjà.

2. Davantage d’inondations dans les zones côtières

La chaleur provoque l’expansion de l’eau des océans, ce qui augmente le niveau des mers. Les calottes glaciaires fondent partout dans le monde, ce qui entraîne l’écoulement d’eau douce dans la mer. Les inondations dues aux marées de printemps et les ondes de tempête catastrophiques sont devenues plus fréquentes car ces événements partent d’un niveau moyen plus élevé en raison de l’élévation du niveau de la mer.

3. Plus de sécheresses

L’air plus chaud fait s’évaporer davantage d’eau des réservoirs, des cultures et des forêts, de sorte que les sécheresses vont se multiplier en raison d’une demande d’eau plus importante. Nous savons que le changement climatique modifie le régime des précipitations à l’échelle mondiale, même si les changements dans les précipitations sont variables et difficiles à prévoir. Mais en général, les zones humides deviennent plus humides et les zones sèches plus sèches.

4. Plus de feux de forêt

La chaleur assèche le sol et la végétation, produisant un combustible plus sec prêt à brûler. Les forêts perdent plus d’eau pendant les étés plus chauds et les saisons des incendies s’allongent. Les exemples ne manquent pas ces dernières années. Il suffit de penser aux incendies meurtriers au Portugal et en Grèce, en Australie, aux États-Unis et au Canada, en Sibérie et même en Scandinavie.

5. Moins de neige (au bon moment)

La neige commence à tomber de plus en plus tard en automne (et à s’accumuler dans les régions du monde où elle reste) parce que les températures augmentent. En hiver, il n’y a pas vraiment moins de neige, mais ces hivers sont plus chauds, de sorte que la couche de neige perd plus d’eau. Et la neige fond aussi plus tôt au printemps. Cette situation est regrettable pour les amateurs de sports d’hiver, mais désastreuse pour l’agriculture dans les régions qui dépendent de l’eau provenant des montagnes.

6. Très fortes précipitations

L’air plus chaud peut transporter plus de vapeur d’eau. Les averses destructrices sont dues à de forts courants ascendants qui refroidissent l’air et condensent la vapeur sous forme de pluie. Plus il y a d’eau dans l’air lors d’un fort courant ascendant, plus la pluie peut tomber. À cela s’ajoute le fait qu’aux pôles, la température augmente deux à trois fois plus vite qu’à l’équateur. Cela affaiblit le jet stream sur notre partie de l’Europe. En été et en automne, l’affaiblissement du jet stream a un effet domino, provoquant des tempêtes de pluie qui se déplacent plus lentement. Ils restent plus longtemps sur la même zone et libèrent plus d’eau. Il y a donc un double coup d’intensité croissante, mais les tempêtes de pluie durent aussi plus longtemps localement.

7. Des ouragans et des tempêtes tropicales de plus en plus puissants

Les ouragans et les tempêtes tropicales tirent leur énergie de l’évaporation de la surface chaude de la mer. À mesure que les océans se réchauffent, les ouragans peuvent se développer dans des régions de plus en plus grandes et les mers plus chaudes fournissent également plus d’énergie aux tempêtes. Ils deviennent donc plus intenses. Nous constatons une augmentation du nombre d’ouragans atteignant le statut d’ouragan majeur, de catégorie 3 et plus. Cela se voit sans équivoque dans les données satellitaires. Les scientifiques prévoient même des tempêtes dans le futur avec des vents de 400 kilomètres par heure. Une tempête de catégorie 5, actuellement la classification la plus puissante, atteint 250 kilomètres par heure et plus.

D’autres recherches suggèrent que les ouragans s’affaiblissent plus lentement après avoir touché terre et s’attardent plus longtemps, ce qui augmente leur capacité de destruction. En raison de la plus grande quantité de vapeur d’eau dans l’atmosphère et du ralentissement des tempêtes, on observe une augmentation de 41 % des précipitations locales pour les tempêtes se déplaçant au-dessus des terres. De plus, les tempêtes se déplacent : elles s’éloignent des tropiques et remontent vers le nord.

8. Temps extrêmement froid (au mauvais endroit)

Cela peut sembler paradoxal, mais le réchauffement de l’Arctique provoque parfois des températures extrêmement froides en Amérique du Nord et ailleurs, en raison des méandres du courant-jet – ce phénomène est appelé « vortex polaire ».

9. Plus de grêle et de plus gros grêlons

Le réchauffement augmente le nombre de tempêtes de grêle et entraîne également une augmentation de la taille des grêlons. Les observations et les modélisations permettent de penser que la fréquence des tempêtes de grêle va augmenter en Europe, mais diminuer en Asie de l’Est et en Amérique du Nord, tandis que la gravité des dégâts causés par la grêle va augmenter dans la plupart des régions.

10. Des tornades de plus en plus puissantes

Nous savons qu’il y a plus de tornades et qu’elles deviennent plus intenses. Ils se multiplient également dans des endroits où on ne les avait jamais vues jusqu’à récemment. Une étude récente montre qu’il existe un lien direct entre le réchauffement et le nombre de tornades puissantes : la combinaison d’une augmentation de la chaleur et de l’humidité, de l’énergie potentielle convective disponible (CAPE) et d’une augmentation du cisaillement du vent. En d’autres termes, lorsque la chaleur, l’humidité et les vents erratiques se conjuguent au plus haut niveau, les tornades sont plus fortes. Les conditions qui provoquent les tornades seraient facilitées par une modification du courant-jet. En raison du réchauffement rapide de l’Arctique, la différence de température entre le nord et le sud s’est réduite. Cela réduit les différences de pression entre l’Arctique et les latitudes moyennes, et affaiblit les vents du courant-jet.

11. Plus d’éclairs

Les éclairs sont également plus nombreux : par exemple, selon les calculs de la NASA, il y a déjà 12 % de foudroiement en plus dans le monde qu’il y a 100 ans. Nous en sommes maintenant à plus d’une centaine de coups de foudre par seconde sur notre planète, soit plus de 8 millions par jour.

Pour aller plus loin :

Plus
Lire plus...
Marchés