La forêt amazonienne est devenue une source d’émissions de CO2 : le monde perd une arme dans la lutte contre le changement climatique

La forêt amazonienne émet désormais plus d’un milliard de tonnes de dioxyde de carbone par an. C’est la première fois que la région produit plus d’émissions qu’elle n’en absorbe. C’est ce que révèle une étude menée par l’Instituto Nacional de Pesquisas Espaciais (Inpe), l’institut national brésilien de recherche spatiale. Selon les scientifiques, l’étude montre que des efforts plus importants que jamais sont nécessaires pour réduire les émissions.

« La gigantesque forêt amazonienne fonctionnait autrefois comme un instrument qui absorbait efficacement les émissions à l’origine de la crise climatique », note Luciana Gatti, responsable de la recherche. « Maintenant, au contraire, la zone elle-même contribue à une accélération de cette crise« .

« La plupart des émissions sont dues aux incendies, qui sont souvent provoqués délibérément pour libérer des terres pour la production de viande bovine et de soja. Mais même sans ces incendies, les températures plus élevées et les sécheresses plus importantes signifient que l’Amazonie est maintenant devenue elle aussi une source d’émissions. »

Une action urgente s’impose

Les arbres et les plantes du monde entier ont stocké environ un quart de toutes les émissions de combustibles fossiles au cours des 60 dernières années. L’Amazonie, la plus grande forêt tropicale de la planète, a joué un rôle important à cet égard. « La perte de cette arme est un avertissement clair que la réduction des émissions de combustibles fossiles est plus urgente que jamais », a souligné M. Gatti.

Les chercheurs ont utilisé de petits avions pour mesurer les niveaux d’émission jusqu’à 4 500 mètres au-dessus de la zone. Cela a permis de montrer comment l’ensemble de l’Amazonie est en train de changer. Les recherches précédentes étaient basées sur des observations par satellite ou des mesures au sol. Les satellites peuvent toutefois être obstrués par les nuages, tandis que les mesures au sol – basées sur le comptage des arbres – ne peuvent couvrir qu’une petite partie de la vaste zone.

« Le fait que l’Amazonie continue à émettre du dioxyde de carbone même en l’absence de feux de forêt est particulièrement inquiétant », fait valoir Luciana Gatti. « Cela peut être lié au fait que la déforestation et les incendies rendent également les zones voisines plus vulnérables dans la période suivante ».

« Les arbres sont une source importante de précipitations dans la région. L’amincissement du stock forestier se traduit donc par des sécheresses et des vagues de chaleur plus sévères, suivies de la mortalité des arbres et des incendies. Dans les endroits où la déforestation atteint un niveau d’au moins 30 %, les émissions de dioxyde de carbone sont dix fois plus élevées que dans les régions où l’on enregistre un chiffre inférieur à 20 %. »

« Moins d’arbres signifie moins de pluie et des températures plus élevées, ce qui rend la saison sèche encore pire pour la forêt restante. Nous sommes ici confrontés à un cycle particulièrement menaçant, qui rend la forêt de plus en plus sensible aux incendies incontrôlés. »

Le facteur Bolsonaro

Le doigt est souvent pointé vers le gouvernement du président brésilien Jair Bolsonaro. Après tout, il est accusé d’encourager l’abattage des arbres. Dans le même temps, la déforestation a atteint son niveau le plus élevé depuis douze ans. En juin, les incendies ont atteint leur plus grande activité depuis quatorze ans.

Une grande partie du bois, du bœuf et du soja de l’Amazonie est exportée du Brésil vers d’autres parties du monde. « Nous avons donc besoin d’un accord mondial pour sauver l’Amazonie », a déclaré M. Gatti.

Certains pays européens ont déclaré qu’ils bloqueraient un accord commercial entre l’Union européenne et le Brésil si M. Bolsonaro n’acceptait pas de faire des efforts pour lutter contre la destruction de l’Amazonie.

Selon l’étude, les incendies en Amazonie produisent désormais environ 1,5 milliard de tonnes de dioxyde de carbone par an. En revanche, la région ne parvient à éliminer que 0,5 milliard de tonnes de l’atmosphère. Le milliard de tonnes restant correspond aux émissions annuelles du Japon, qui se classe au cinquième rang des plus gros pollueurs du monde.

Pour aller plus loin :

Plus
Lire plus...
Marchés