La semaine dernière, une illusion a été brisée ici aussi. Personne, même dans les pays les plus riches, n’est à l’abri du changement climatique

Certains des pays les plus riches d’Europe ont été frappés la semaine dernière par ce que l’on peut appeler une catastrophe climatique. L’idée que l’on puisse mourir dans notre pays à cause de conditions météorologiques extrêmes qui s’aggravent et deviennent plus fréquentes en raison du changement climatique est un fait. Et cette réalité, cette vérité inconfortable annoncée par Al Gore en 2006, ne peut plus être entourée d’un soupçon d’optimisme.

Pourquoi est-ce important ?

Nous devrons nous adapter aux changements que nous avons déjà intégrés dans le système et prévenir d'autres changements en réduisant nos émissions. Ce message n'est manifestement pas passé auprès des décideurs politiques, ni peut-être auprès du public, en particulier dans le monde développé, où nous avons conservé un sentiment d'invulnérabilité.

Des rivières en furie sont sorties de leur lit chez nous, aux Pays-Bas et juste de l’autre côté de la frontière, en Allemagne, inondant des villages et des villes, balayant les voitures garées contre les arbres comme si elles étaient en carton. Nous sommes choqués par l’intensité de la destruction. Quelques jours auparavant, dans le nord-ouest des États-Unis, une région connue pour son temps frais et brumeux, des centaines de personnes sont mortes de la chaleur. Au Canada, un feu de forêt a rayé de la carte un village situé sur la même latitude que Bruxelles et où, quelques jours plus tôt, il faisait un peu moins de 50 degrés Celsius. Moscou a vacillé sous des températures records. En Sibérie, plus de 8.000 kilomètres carrés de toundra sont actuellement en flammes. Le week-end dernier, le nord des Rocheuses s’est préparé à une nouvelle vague de chaleur, tandis que des feux de forêt se sont propagés sur des milliers de kilomètres carrés dans douze États de l’Ouest américain.

En Allemagne, les mêmes images qu’en Belgique – Isopix

Ces événements ont causé des ravages et fait des victimes dans certains des pays les plus riches du monde, dont la prospérité a été rendue possible par plus d’un siècle de combustion de charbon, de pétrole et de gaz – des activités qui ont rejeté dans l’atmosphère les gaz à effet de serre qui réchauffent la planète. L’idée que l’on puisse mourir de conditions météorologiques extrêmes, qui s’aggravent et deviennent plus fréquentes en raison du changement climatique, est désormais une réalité. Alors que les débris sont encore en cours de déblaiement, nous pouvons déjà dire que le nombre de morts dans notre pays, en Allemagne et aux Pays-Bas se comptera par centaines.

Ignorer la science pendant des décennies

Les événements de cet été surviennent après des décennies de mise en garde de la science. Les modèles climatiques ont mis en garde contre les effets dévastateurs de la hausse des températures. Une évaluation scientifique approfondie réalisée en 2018 a averti que l’incapacité d’empêcher la température moyenne de la Terre de dépasser 1,5 degré Celsius pourrait avoir des conséquences catastrophiques, allant de l’inondation des villes côtières aux mauvaises récoltes dans diverses régions du monde. Le rapport a offert aux dirigeants mondiaux une échappatoire pratique, même si elle n’est pas évidente. Il déclarait que le monde entier devait réduire de moitié ses émissions d’ici à 2030. Depuis lors, cependant, les émissions mondiales n’ont cessé d’augmenter, à tel point que la température moyenne de la planète a augmenté de plus d’un degré Celsius depuis 1880, ce qui rend pratiquement impossible de maintenir cette augmentation en dessous du seuil de 1,5 degré Celsius.

Avec l’augmentation des températures moyennes, la fréquence et l’intensité des phénomènes météorologiques extrêmes ont globalement augmenté. Ces dernières années, les progrès scientifiques ont permis de préciser dans quelle mesure le changement climatique est responsable d’événements spécifiques.

Il ne fait guère de doute que nous serons nous aussi confrontés à des phénomènes météorologiques plus fréquents et plus extrêmes en raison du réchauffement de la planète. Vendredi dernier, un document scientifique a été publié et prévoit une augmentation significative des précipitations lentes mais abondantes en Europe en raison du changement climatique.

Un sentiment d’invulnérabilité

Nous devrons donc nous adapter aux changements que nous avons déjà intégrés dans le système et prévenir d’autres changements en réduisant nos émissions. Ce message n’est manifestement pas passé auprès des décideurs politiques, ni peut-être auprès du public, en particulier dans le monde développé, où nous avons conservé un sentiment d’invulnérabilité.

On se demande maintenant, à juste titre, si les autorités ont suffisamment averti le public des risques liés aux précipitations prévues. Mais la question la plus importante est de savoir si la multiplication des catastrophes dans le monde développé aura une incidence sur ce que les pays et les entreprises les plus influents du monde feront pour réduire leurs propres émissions de gaz à effet de serre. Nous sommes à la veille des négociations sur le climat menées par les Nations unies à Glasgow en novembre, qui devraient révéler si les nations du monde se mettront d’accord sur les moyens de réduire suffisamment les émissions pour éviter les pires effets du changement climatique.

Les chefs d’État des partis membres du G7 se retrouveront à Glasgow pour la COP26 – crédit: Karwai Tang/Shutterstock – Isopix.

Ce qui a changé depuis Paris

Les catastrophes exacerbées par le réchauffement climatique ont déjà laissé une longue traînée de mort et de destruction dans une grande partie du monde en développement. Les cultures du Bangladesh ont été anéanties, des villages du Honduras ont été rasés et la survie de petits États insulaires est menacée. Le typhon Haiyan a dévasté les Philippines avant les négociations sur le climat en 2013, ce qui a incité les représentants des pays en développement à réclamer des fonds pour faire face aux pertes et dommages qu’ils subissent au fil du temps en raison de catastrophes d’origine climatique dont ils ne sont pas responsables. Cette proposition a été rejetée par les pays plus riches, dont les États-Unis et l’Europe.

Mais les cartes sont maintenant différentes. Même depuis les négociations de l’Accord de Paris sur le climat de 2015 visant à éviter les pires effets du changement climatique, les émissions mondiales ont continué à augmenter. La Chine est désormais le plus grand émetteur au monde. Les émissions ont diminué régulièrement aux États-Unis et en Europe, mais pas au rythme nécessaire pour limiter la hausse de la température mondiale. Contrairement à cette époque, les pays les plus riches ont également subi depuis les effets d’un changement de climat.

Glasgow menace à nouveau de s’effondrer

Le bilan du monde en matière de coopération a été médiocre jusqu’à présent et de nouvelles tensions diplomatiques sont apparues ce mois-ci. Parmi les grandes économies, la Commission européenne a présenté la semaine dernière la feuille de route la plus ambitieuse en matière de changement climatique. Elle a proposé des lois visant à interdire la vente de voitures à essence et diesel d’ici 2035, à obliger la plupart des industries à payer pour les émissions qu’elles produisent et, peut-être, la mesure la plus importante, à taxer les importations en provenance de pays dont les politiques climatiques sont moins strictes.

On s’attend généralement à ce que ces propositions rencontrent une opposition farouche, tant en Europe que dans d’autres pays dont les entreprises pourraient être menacées par la taxe carbone proposée, ce qui pourrait compliquer davantage les perspectives de coopération mondiale à Glasgow. Cela risque donc de se transformer en une autre mesure pour rien en Écosse.

Nous pouvons hausser les épaules, mais à chaque sommet raté, cette question devient plus pertinente : que se passerait-il si notre civilisation s’effondrait ? Pas dans plusieurs siècles, mais dans le courant de notre propre vie ? La plupart des gens reconnaissent aujourd’hui que le changement climatique et ses conséquences potentiellement catastrophiques nous posent d’énormes défis, mais nous avons du mal à envisager la possibilité très réelle que ces crises puissent entraîner l’effondrement de toute notre civilisation. Pendant ce temps, malgré les preuves accablantes qui suggèrent que si nous ne faisons rien, il deviendra extrêmement difficile pour les populations humaines de se maintenir dans un environnement durable.

Vers des confinements climatiques ?

Nous en sommes donc arrivés au point où nous devons cesser d’envelopper d’un soupçon d’optimisme l’inconfortable vérité sur le changement climatique. Il existe également un document scientifique intéressant sur le sujet : Underestimating the Challenges of Avoiding a Ghastly Future. Le professeur Corey Bradshaw et ses co-auteurs y expliquent que nous devons avoir une vision réaliste des défis colossaux auxquels nous sommes confrontés afin de pouvoir au moins dessiner un avenir moins dévasté. Nous devons également nous appuyer sur les actions réussies passées et présentes pour « prévenir l’extinction, restaurer les écosystèmes et promouvoir une activité économique plus durable à l’échelle locale et régionale ». En d’autres termes, nous devons appeler un chat un chat et retrousser nos manches.

L’économiste Mariana Mazzucato va même jusqu’à dire que, pour nous protéger, les gouvernements doivent mettre en place des « confinements climatiques ». Certaines des mesures prévues dans le cadre de ces confinements consisteraient à « limiter l’utilisation des voitures individuelles, à interdire la consommation de viande rouge et à imposer des mesures extrêmes d’économie d’énergie, tandis que les entreprises de combustibles fossiles devraient cesser leurs activités de forage ».

Pour aller plus loin:

Plus
Lire plus...
Marchés