Le monde est à nouveau en feu: un immense brasier s’étend désormais en Sibérie

Alors que dans dix États de l’Ouest des États-Unis, pas moins de 67 grands feux de forêt font rage, la Sibérie en est également victime. L’ampleur de la dévastation y est encore plus grande: actuellement, plus de 8.000 kilomètres carrés de forêt et de toundra sont en feu. Les climatologues tirent la sonnette d’alarme quant aux effets possibles à long terme de ces brasiers.

Pourquoi est-ce important ?

Au cours des six dernières semaines, les incendies en Sibérie ont produit à eux seuls environ 150 mégatonnes d'équivalent dioxyde de carbone, soit 50% de plus que les émissions annuelles de combustibles fossiles de la Belgique.

Pour mettre en perspective les incendies qui font rage en Sibérie: 8.000 kilomètres carrés, c’est une superficie aussi grande que la combinaison des provinces de Limbourg, d’Anvers et de Flandre orientale. La région la plus touchée, la Yakoutie, dans le Nord, est en état d’urgence depuis des semaines.

M. Poutine a ordonné au ministère de la Défense d’aider les autorités locales, tandis que l’armée a déployé plusieurs avions Ilyushin Il-76 pour éteindre les flammes depuis les airs par des bombardements d’eau. Plus de 2.600 pompiers tentent de maîtriser l’incendie, mais cela revient, même avec le soutien des forces aériennes russes, à lutter contre le vent. Ces dernières années, c’est la Yakoutie qui a le plus souffert des méga-incendies qui se produisent désormais chaque année en Sibérie.

La Russie a vu sa saison annuelle des incendies s’intensifier ces dernières années, le changement climatique ayant provoqué des températures inhabituellement élevées dans la toundra sibérienne du Nord. Cette année, les températures ont à nouveau atteint de nouveaux records.

Comment les incendies accélèrent le réchauffement climatique

Les incendies en Sibérie menacent de faire fondre le pergélisol et les tourbières, libérant ainsi le carbone longtemps stocké dans la toundra gelée. Les cendres des incendies peuvent également recouvrir la neige dans la Russie arctique, l’assombrissant, absorbant davantage les rayons du soleil et accélérant encore un peu plus le réchauffement de la planète.

Selon le service de surveillance de l’atmosphère Copernicus (CAMS), qui fait partie d’un programme d’observation de l’Union européenne, les incendies de forêt qui ont frappé la Yakoutie en 2019 et 2020 ont entraîné l’émission de quantités records de gaz à effet de serre dans la région. Au cours des six dernières semaines, les incendies dans la région ont produit environ 150 mégatonnes d’équivalent dioxyde de carbone, soit 50% de plus que les émissions annuelles de combustibles fossiles de la Belgique.

30 degrés dans l’un des endroits les plus froids de la planète.

Le pays a dû faire face à une vague de chaleur qui a battu plusieurs records de température dans l’Ouest de la Russie. Moscou a enregistré la journée de juin la plus chaude depuis 120 ans: 34,7°C. En Sibérie, la ville de Yakutsk a atteint 35°C, et Verkhoyansk – l’un des endroits les plus froids de la planète – a connu des températures supérieures à 30°C. Les températures en Sibérie sont encore actuellement de 8 à 10 degrés au-dessus de la normale.

Des conditions similaires dans certaines parties du Canada et du Nord-Ouest des États-Unis ont également provoqué d’énormes feux de forêt. Plus de 60 incendies de forêt font actuellement rage dans l’Ouest des États-Unis. Des milliers de personnes ont dû être évacuées de l’Alaska au Wyoming en raison de la hausse des températures et de la sécheresse. La moitié des incendies font rage en Arizona, en Idaho et au Montana. Elles ont éclaté alors que l’Ouest était frappé par la deuxième vague de températures dangereusement élevées en l’espace de quelques semaines. Une grave sécheresse, exacerbée par la crise climatique, contribue à créer des conditions qui rendent les incendies encore plus dangereux.

Sur le même sujet:

Plus
Dernière mise à jour:
Dernière mise à jour:
Lire plus...
Marchés
BEL20