Les 10 événements qui marqueront l’année 2019

2019 sera-t-elle l’année du Brexit ? Comment se dérouleront les élections au Parlement européen ? Et les dirigeants mondiaux tels que Justin Trudeau et Benjamin Netanyahu sont-ils toujours au pouvoir à la fin de l’année ? Voici les dix événements qui devraient marquer 2019.

1. Nigeria : les élections générales (16 février)

© EPA

Les premières grandes élections en 2019 auront lieu au Nigéria. Là-bas, le président sortant Muhammadu Buhari (76 ans, photo ci-dessus ) est en lice avec Atiku Abubakar (72 ans). De façon remarquable, il ne sera pas question de rajeunissement à la présidence de la plus grande économie d’Afrique. Les deux candidats sont assez âgés pour être le grand-père de pas moins de 60 % des citoyens nigérians.

Espérons que les élections seront aussi calmes qu’en 2015, année où, avec Buhari comme nouveau président, le pouvoir était passé d’un parti politique à un autre. Pour la première fois depuis la réintroduction de la démocratie en 1999, cela s’est passé de manière pacifique. La question qui se pose maintenant est de savoir si la population nigériane se retrouvera dans la vision de l’un ou l’autre des candidats. Les élections durement gagnées au Nigéria n’ont pas permis d’aboutir à un résultat clair, ce qui en soi peut provoquer des troubles et de la violence dans le pays.

2. Royaume-Uni : Le Jour du Brexit (29 mars)

© EPA

En vertu de la législation en vigueur à Londres, le Royaume-Uni doit officiellement quitter l’Union européenne le 29 mars. Cela mettrait un terme à la longue procédure engagée par la première ministre britannique Theresa May il y a presque deux ans. Bien qu’il soit encore douteux que le Brexit puisse avoir lieu le 29 mars, voire, même, s’il y aura vraiment un Brexit.

Au cours des prochaines semaines, la Première ministre devrait chercher du soutien au Parlement pour l’accord qu’elle a conclu avec l’Union européenne. Sinon, elle demandera probablement un report. La balle sera alors dans le camp de l’Union européenne. Le Brexit pourrait être différé de quelques mois si l’Europe estime que les États membres pourraient en bénéficier. Cela impliquerait qu’un nouvel accord serait préférable pour l’économie européenne ou que le Royaume-Uni organiserait un deuxième référendum.

Dans ce dernier cas, le Brexit pourrait même être annulé en 2019. Plus nous nous approcherons de la date limite du 29 mars, plus l’avenir deviendra ambigu pour toutes les parties.

3. Ukraine : Les élections présidentielles (31 mars)

© EPA

L’Ukraine est l’un des pays les plus turbulents du continent européen depuis plusieurs années et, bien entendu, les tensions avec la Russie sont fortes. Mais aussi sur le plan politique, la prétendue révolution orange de 2004 n’a pas apporté les changements espérés par la population. Il en va de même pour la révolution de 2014 lorsque le gouvernement a été renversé. À l’est, cette révolte s’est intensifiée, ce qui a amené la Russie à intervenir, ce qui a abouti à une annexion controversée de la Crimée.

Même maintenant, les Ukrainiens espèrent un vent nouveau pour que le pays puisse progresser. La corruption est toujours répandue en Ukraine, l’économie continue de stagner et la lente évolution vers un avenir au sein de l’Europe frustre également la population. Il ne faut pprobablement pas s’attendre à beaucoup d’innovations, car les candidats aux élections de fin mars sont le président en exercice, Petro Porochenko (notre photo ci-dessus), et l’ancienne Première ministre, Ioulia Timochenko.

Simultanément, la Russie s’intéresse aussi au déroulement des élections en Ukraine. Le Kremlin ne peut pas influer directement sur les résultats, mais il peut interférer, par exemple en raison de l’augmentation de la pression militaire.

4. Inde : Les élections générales (avril-mai)

© EPA

Au printemps, environ 850 millions d’habitants de l’Inde se rendront aux urnes pour déterminer si Narendra Modi peut prolonger son mandat de Premier ministre après quatre ans. Lors des dernières élections, son parti a perdu dans des provinces où il enregistrait toujours de bons résultats dans le passé. Cela semble être un avertissement pour Modi et peut-être le signe précurseur d’une défaite.

Sous son mandat, l’Inde est devenue l’économie à la croissance la plus rapide du monde. Des investissements substantiels ont également été réalisés dans le développement indispensable de l’infrastructure physique en Inde. Selon ses opposants, ses réformes ambitieuses, notamment dans le domaine de la santé, ont stagné et il n’a pas réussi à faire face à la hausse des prix. C’est d’ailleurs surtout cette dernière qui le rend impopulaire auprès des agriculteurs, et c’est le bloc d’électeurs le plus important.

5. Indonésie : L’élection présidentielle (17 avril)

© EPA

Comme en 2014, Joko Widodo (à gauche sur la photo), l’actuel président de l’Indonésie, affronte Prabowo Subianto (à droite sur la photo). Mais pour ce challenger, beaucoup de choses ont changé en cinq ans. La politique de l’Indonésie est beaucoup plus déterminée par l’islam. Subianto a réussi à obtenir le soutien de plusieurs partis islamiques puissants.

Widodo, de son côté, a choisi un spirituel conservateur comme candidat à la vice-présidence. En outre, la plupart des résidents d’Indonésie reçoivent désormais leurs informations via les médias sociaux. Sur Facebook, beaucoup d’ «infox» ont sérieusement ébranlé la confiance dans le gouvernement.

6. Europe : Les élections européennes (23-26 mai)

© EPA

La politique en Europe est dominée depuis plusieurs années par la montée en puissance des partis d’extrême droite. Maintenant, ces partis qui ont pour devise « leur propre pays d’abord » attendent avec impatience de pouvoir dominer les institutions européennes. Celui-ci est particulièrement commede pour certains populistes, tels que le ministre italien de l’Intérieur, Matteo Salvini, et le Premier ministre hongrois, Viktor Orban. Dans leur pays, ils marquent des points depuis un certain temps grâce à un fort sentiment anti-UE.

C’est donc une élection très importante pour l’Europe. Avec la croissance de ce type de partis, il serait encore plus difficile de conclure des accords entre les différentes superpuissances.

7. Afrique du Sud : Les élections générales (entre mai et août)

© EPA

Pour les citoyens âgés d’Afrique du Sud, le Congrès national africain (ANC) reste le symbole de la fin de l’apartheid. Mais parmi les plus jeunes de la population, c’est surtout le parti qui a été au pouvoir en Afrique du Sud pendant toute leur vie. Le président sortant, Cyril Ramaphosa, devra plus que jamais convaincre les plus jeunes de son pays de voter pour l’ANC.

La question est donc de savoir si une meilleure alternative émergera pour les électeurs. Un quart de siècle après la fin du pouvoir blanc, la population se demande s’il devrait y avoir un changement de pouvoir. L’Afrique du Sud est en proie à des problèmes chroniques tels que les inégalités et la corruption.

8. Canada : Les élections fédérales (21 octobre)

© EPA

Pour le reste du monde, la réélection du Premier ministre Justin Trudeau ne fait aucun doute. L’homme a remporté une grande victoire en 2015 et est rapidement devenu une figure marquante et appréciée dans d’autres pays. Mais quatre ans plus tard, la popularité de Trudeau et de son parti a fortement diminué au Canada.

En 2017, les partis de centre-droit ont remporté des victoires en Ontario et au Québec, ce qui laisse supposer que les élections seront beaucoup plus excitantes cette année. Grâce à une rupture du Parti conservateur de centre-droit, Justin Trudeau pourrait reprendre le pouvoir, mais les libéraux devraient gérer le pays avec moins de sièges.

9. Argentine : Les élections générales (27 octobre)

© EPA

Le président actuel de l’Argentine, le président Mauricio Macri, qui fut jadis un riche homme d’affaires, espérait pouvoir, lors de son élection précédente, réanimer l’économie du pays grâce à une politique d’austérité douloureuse. Cela n’a pas été le cas et son prédécesseur, Cristina Fernandez de Kirchner, espère un retour en force. Cependant, ses dépenses en tant que présidente sont la raison pour laquelle une telle politique d’austérité était nécessaire.

La principale question qui se pose pour les élections est désormais la suivante : les tensions économiques vont-elles pousser l’Argentine vers la gauche, ou pas ?

10. Israël : Les élections générales (autour du 5 novembre)

© EPA

Enfin, Israël se rendra également aux urnes en 2019. Cela pourrait mettre fin à la politique du Premier ministre Benjamin Netanyahu. Il est au pouvoir depuis 2009 et les nouvelles élections pourraient faire de lui le plus ancien Premier ministre de l’histoire d’Israël.

En attendant, Netanyahu est poursuivi pour corruption dans trois affaires différentes. Cela réduit sérieusement ses chances. De plus, il a déjà une coalition fragile au gouvernement et il y a suffisamment de rivaux qui veulent relever le défi contre le Premier ministre. D’ailleurs, ce sera peut-être l’élection la plus passionnante du monde en 2019.

Plus
Lire plus...
Marchés