Marchés:
Chargement en cours…

JEUDI 26 NOV

Business 24/7

Zoeken
scrollTop top

L’économie américaine sous Trump est-elle vraiment différente de celle d’Obama?

Logo Business AM
Économie

02/11/2020 | Pieterjan Neirynck | 9 min de lecture

EPA

Le président américain actuel et son prédécesseur, Barack Obama, se considèrent chacun comme responsable des bonnes performances de l’économie américaine. Mais qui a raison? Et quelqu’un a-t-il au moins raison entre les deux?

Au début de l’année, avant que la crise du coronavirus n’éclate et ne ravage l’économie américaine et mondiale, Barack Obama avait tweeté un message particulièrement politique à charge de Donald Trump. Sur Twitter, l’ex-président était revenu sur la signature du ‘Recovery Act’ de 2009, un programme de redressement (comme son nom l’indique) avec une série de mesures pour relancer l’économie. ‘Il a ouvert la voie à plus d’une décennie de croissance économique et à la plus longue période de création d’emplois de l’histoire des États-Unis’, avait déclaré Barack Obama.

Omniprésent sur Twitter, Donald Trump n’avait évidemment pas attendu avant de dégainer. ‘Vous avez entendu le dernier délire? Le président Obama essaie maintenant de s’attribuer le mérite du boom économique que mon gouvernement a réalisé’, avait déclaré l’actuel président. ‘Sous Obama, la reprise a été la plus faible depuis la Grande Dépression, malgré la politique de taux d’intérêt favorable de la Réserve fédérale.’

Qui a tort, qui a raison? Difficile à dire, car la relation entre les politiques du président des États-Unis et l’économie américaine n’est pas univoque. Les présidents aiment aussi recevoir de nombreux éloges lorsque l’économie se porte bien, c’est bien connu. Tout autant que les critiques affluent dès que le moteur économique bafouille.

Il convient donc de faire le point sur base d’un certain nombre d’indicateurs économiques. Alors, l’économie américaine sous Barack Obama et Donald Trump est-elle fondamentalement différente ?

La croissance économique

Dans un cas idéal, le produit intérieur brut (PIB) augmenterait d’environ 2 à 3 % par an. L’année dernière, la croissance moyenne était de 2,3 %, ce qui est bien moins que le dernier pic de 5,5 % enregistré au deuxième trimestre 2014. Trois ans plus tard, cependant, le président Trump a fait adopter une réduction de l’impôt sur les sociétés afin de relancer l’économie. Le taux est passé de 35 % à 21 %, ce qui a surtout profité aux multinationales.

Bien que Donald Trump ait promis une croissance spectaculaire du PIB de 4, 5 ou même 6 %, cette croissance s’est maintenue les années suivantes à 2,9 % (2018) et 2,3 % (2019). C’est assez proche de la croissance d’Obama : 2,5 % en 2014 et 2,9 % en 2015. Trump attribue la cause de cet échec à la politique de taux d’intérêt de la Réserve fédérale… Mais en réalité, le taux d’intérêt est maintenant plus bas qu’auparavant.

La création d’emplois

Il s’agit bien ici d’un autre cheval de bataille de Donald Trump. Bien que le nombre d’emplois ajoutés par mois ait été légèrement plus élevé pendant les trois dernières années du mandat d’Obama que pendant les trois premières années de la présidence de Trump, les différences ne sont ici pas importantes. En 2015, les Etats-Unis ont connu en moyenne 227.000 emplois supplémentaires par mois, tandis qu’en 2018, 223.000 nouveaux emplois ont été créés chaque mois. Ça se joue donc à un cheveu.

Source: The Washington Post

Le chômage

Trump aime (ou en tous cas aimait) aussi s’exprimer à ce propos. Dans un rapport sur l’état de l’Union, il a souligné à plusieurs reprises que le taux de chômage américain de 3,6 % est à son plus bas niveau depuis un siècle. C’est faux: le chiffre était inférieur à 3,5 % pour la dernière fois en…1969. Même si c’est un point positif de la présidence Trump.

Source: The Washington Post

Le président actuel ne peut toutefois pas s’attribuer tout ce mérite puisque le taux de chômage ne cesse de baisser depuis 2011. Mais la politique d’Obama n’y est pour pas grand-chose non plus. Une fois de plus, le mérite revient à la politique monétaire de la banque centrale américaine.

Les salaires

On peut confirmer que les salaires horaires aux États-Unis augmentent de plus de 3 % par an, une hausse presque invisible (le taux d’inflation était 2,44% en 2018 et de 2% en 2019). Trump prétend qu’il a fait augmenter plus fortement les salaires les plus bas, en particulier. Mais si l’on compare la croissance des salaires pendant le mandat de Trump avec les chiffres sous Obama, les différences sont en fait… négligeables, encore une fois. Si les économistes admettent que la réduction d’impôts de Trump a bien joué un rôle, ils soulignent également que la croissance des salaires s’est stabilisée depuis 2019.

Source: The Washington Post

Les marchés boursiers

La bourse est également un des terrains de jeu préférés de Donald Trump, qui a d’abord reçu un fort soutien de Wall Street pour sa réduction d’impôts. Par la suite, l’enthousiasme s’est toutefois quelque peu refroidi avec sa guerre commerciale avec la Chine.

Il est toutefois important de rappeler que les présidents ne peuvent pas contrôler les marchés boursiers, tout comme ils ne peuvent pas influencer directement l’économie.

On peut donc en conclure que les tendances économiques sont largement similaires, seule la perception change. Tout est une question d’apparences, comme souvent dans le jeu politique.

Mais bien sûr, tout cela c’était avant l’arrivée de la pandémie de nouveau coronavirus: Depuis, l’économie américaine a énormément souffert, le niveau du chômage a explosé dans des proportions historiques et des centaines de milliers d’Américains sont morts à cause du Covid-19. Seul Wall Street s’est rapidement remis de l’éclatement de la crise au printemps dernier. Même si, sous les influences conjuguées de la seconde vague épidémique et du spectre de troubles post-électoraux, la bourse américaine a connu la semaine dernière sa pire semaine et son pire mois depuis mars.

Lire aussi:

Source: BusinessAM


Pour aller plus loin...


Corona Virus Update

  • Monde
  • Nombre
    d'infections
    59.750.988
  • Nombre
    de décès
    1.409.160
  • Belgique
  • Nombre
    d'infections
    561.803
  • Nombre
    de décès
    15.938
Logo Business AM

Business AM | Stocks