Un vaccin pourrait arriver d’ici le 1er novembre aux États-Unis, seulement en mars en Belgique

L’administration Trump a déclaré aux États américains qu’ils devaient se préparer à pouvoir distribuer un vaccin contre le Covid-19 d’ici le 1er novembre. En Belgique, on s’attend à ce que le premier lot de vaccins contre le Covid-19 soit livré au printemps.

Aux États-Unis, les autorités sanitaires américaines ont ‘demandé urgemment’ que les États fassent le nécessaire afin que les centres de distribution puissent être ‘complètement opérationnels d’ici le 1er novembre 2020’, a écrit le directeur des Centres américains de prévention et de lutte contre les maladies (CDC), Robert Redfield, dans une lettre envoyée la semaine dernière aux gouverneurs et consultée par l’AFP.

Une approbation extraordinaire’

Si plusieurs vaccins sont actuellement en phase d’essais cliniques aux États-Unis, il n’est pas certain que l’un d’entre eux sera efficace et sûr, mais les autorités préparent d’ores et déjà une distribution éventuelle afin de gagner un temps précieux.

La Food and Drug Administration a évoqué la possibilité qu’un vaccin puisse être approuvé en urgence avant la fin des essais destinés à garantir sa sécurité et son efficacité. ‘Une demande pour une telle approbation extraordinaire devrait venir du développeur du vaccin’, a déclaré le chef de la FDA, Stephen Hahn, au Financial Times dans une interview publiée dimanche. 

Et en Belgique?

‘Sur base de toutes les informations dont je dispose, j’ose affirmer qu’en mars 2021 nous pourrions disposer d’un vaccin contre le Covid-19 en Belgique. C’est une date butoir réaliste’, a déclaré Xavier De Cuyper, directeur général de l’Agence des médicaments (AFMPS), dans Het Laatste Nieuws.

L’expert a également déclaré qu’un fabricant ne pouvait fournir au même moment des vaccins pour toute l’Europe, mais qu’environ 50 millions de doses seraient distribuées dans un premier temps, alors que la Belgique pourrait recevoir 1,2 million vaccins.