Le tapis de course, ou l’histoire d’un instrument de torture devenu une pratique sportive mondiale

Les premières 24h de tapis roulant organisées à Singapour, en 2014. – Isopix

Courir sans but, à l’infini, dans une pièce fermée, face à un mur… Si la pratique de la course à pied sur tapis roulant n’était pas si répandue dans le monde entier, on pourrait croire qu’il s’agit d’une méthode de torture. Et on aurait raison, puisque c’est précisément dans ce but que l’engin a été inventé.

Le tapis de course a été inventé en 1818, en Angleterre, apprend-on à la lecture d’un article publié par Quartz, et relayé par Slate. Le gouvernement de l’époque cherchait un moyen de durcir la vie carcérale afin de dissuader les plus pauvres de commettre des délits dans le seul but de se voir logé et nourri au frais de la princesse dans les prisons de l’État.

C’est l’ingénieur William Cubitt qui inventât le premier modèle de ‘tapis de roulant’. Il s’agissait alors d’escaliers attachés à une roue de grande taille. Les détenus devaient en monter les marches pendant 10 heures chaque jour. Ceux qui n’en mourraient pas devaient tenir une sacrée condition physique…

‘La forme de punition la plus sévère, à l’exception de la peine de mort’

La machine se popularise. Elle gagne également les États-Unis. Au fil des années, l’engin se transforme en véritable tapis de course, capable de fournir de l’énergie pour moudre du grain ou pomper de l’eau. À un certain moment, plus de la moitié des prisons de Grande-Bretagne en étaient équipées.

Le tapis de course comme outil de torture est finalement abandonné au tournant du 20e siècle. Même selon les standards de l’époque, trop de gens en mourraient…

‘Je ne peux pas me résoudre au fait que nous payions désormais pour utiliser des machines qui, pendant un siècle, ont été la forme de punition la plus sévère, à l’exception de la peine de mort’, explique au Washington Post, Vybarr Cregan-Reid, maître de conférences à l’université du Kent en Angleterre, dont les propos sont repris par Quartz.

Un industrie qui pèse des milliards

Pourtant, après plusieurs décennies d’oubli, d’autres que Vybarr Cregan-Reid n’hésitent pas aujourd’hui à mettre la main au portefeuille pour avoir le plaisir de se faire du mal.

À plusieurs centaines, voire milliers d’euros, et toujours plus high-tech, le tapis de course représente désormais une industrie qui pèse 1,4 milliard de dollars (1,27 milliard d’euros), rien qu’en Amérique du Nord, précise Quartz.

En Belgique, l’usage du tapis de course est moins domestique qu’aux États-unis et passe plus généralement par les salles de sport. Celles-ci ont d’ailleurs connu ces dernières années un succès fulgurant suite à la démocratisation de leurs tarifs.

Lire aussi: