Le paiement manuel d’Amazon, ce n’est pas pour tout de suite en Belgique

Isopix

Amazon développerait une technologie permettant de payer avec sa main. Mais en Europe, il risque de se heurter au RGPD, le règlement pour la protection des données.

Avec la future nouvelle technologie d’Amazon, plus besoin de sortir votre carte de débit. Vous pourrez directement payer avec votre main. Selon le Wall Street Journal, l’entreprise de Jeff Besos ferait des demandes de brevets pour un ‘système d’identification biométrique’. Le but: relier la paume de la main à une carte de crédit. Pour payer, il suffira de poser sa main sur une borne. Amazon voudrait placer cette technologie dans ses magasins physiques, mais aussi dans les cafés et fast-food qui ont une clientèle régulière.

La protection des données

L’Union Européenne a voté en 2016 un règlement général sur la protection des données, le fameux RGPD. Cette loi a pour but d’obliger les entreprises à être plus transparentes sur la récolte et l’utilisation des données de son public. Et c’est bien le problème des nouveaux systèmes de paiement: ils ne sont pas assez clairs sur ce qu’ils font des données des utilisateurs.

Lire aussi: Seul un site européen sur dix est conforme au RGPD

Selon le Wall Street Journal, Amazon pourrait récupérer les données de paiements des utilisateurs. L’entreprise saurait donc ce que vous achetez, quand, où et comment vous le faites. Des informations très utiles pour les annonceurs qui pourraient cibler encore un peu plus de potentiels clients.

Un autre problème qui se pose avec ce genre de technologie est la sécurité des données. En sauvegardant les informations bancaires sur un cloud, les risques de piratages sont élevés.

Le cas belge de Carrefour

La chaine de supermarchés Carrefour voudrait aussi mettre en place une technologie permettant de payer avec son empreinte digitale. Les tests ont commencé l’année dernière en liant son empreinte à sa carte de fidélité. Aujourd’hui, Carrefour veut aller plus loin en la liant à la carte de banque. Mais l’Autorité de protection des données s’y opposent. L’entreprise n’est en effet pas assez claire sur le stockage des informations bancaires. ‘Que se passe-t-il si quelqu’un pénètre dans une telle base de données?’ s’interroge le président de l’APD, David Stevens. Carrefour, qui continue ses tests, s’expose à de lourdes sanctions, si l’Autorité belge décide qu’elle ne respecte pas correctement le RGPD.

De son coté, Amazon va devoir se conformer à la stricte réglementation de l’UE, si elle veut développer ce mode de paiement en Europe. La technologie semble toujours en cours de développement. Il faudra donc encore sûrement attendre un petit temps avant que ça n’arrive chez nous.

Lire aussi: Apple Pay prend (enfin) son essor en Belgique