Le commerce entre la Russie et la Turquie continue d’augmenter: les importations de pétrole ont augmenté de plus de 100%

La Turquie a déjà acheté deux fois plus de pétrole à la Russie cette année que l’année dernière. Le pays importe chaque jour quelque 200.000 barils d’or noir, contre seulement 98.000 à la même période en 2021.

La Turquie rejoint des pays comme l’Inde et la Chine, qui profitent du fait que la Russie cherche d’autres débouchés pour cet important produit de base. En effet, l’Occident importe de moins en moins de produits énergétiques russes à la suite de l’invasion de l’Ukraine. C’est ce qui ressort des rapports de l’agence de presse Reuters.

En raison de cette réduction des exportations vers l’Europe, d’autres pays peuvent désormais importer du pétrole russe à des prix fortement réduits. Ceci alors que le prix du pétrole, du gaz naturel et du charbon atteint des sommets. C’est pourquoi la Turquie a réduit ses importations en provenance des pays du Moyen-Orient et de la mer du Nord afin d’augmenter les importations russes.

Selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE), cela a également permis à la production pétrolière russe en 2022 de faire beaucoup mieux que ce que les analystes avaient initialement prévu. En fait, la production serait pratiquement inchangée par rapport à 2021. L’agence mentionne toutefois qu’elle s’attend à ce que la production diminue après l’introduction par l’Europe d’un embargo sur le pétrole russe en décembre.

Des liens plus étroits

Il montre également comment les liens entre la Russie et la Turquie semblent se resserrer. Bien que la Turquie soit membre de l’OTAN, elle n’a pas imposé de sanctions à la Russie, contrairement à de nombreux autres pays de l’alliance. Au contraire, les deux dirigeants des pays, Recep Tayyip Erdogan et Vladimir Poutine, se sont déjà rencontrés deux fois ces derniers mois. Dans le cadre de ce processus, ils ont convenu de promouvoir la coopération économique.

En août, par exemple, lors d’une réunion à Sotchi, en Russie, ils auraient convenu que la Turquie paierait désormais en roubles une partie du gaz russe qu’elle importe. En conséquence, les analystes craignent que le pays n’aide Moscou à contourner les sanctions occidentales.

Erdogan a également déclaré après la réunion que la Turquie pourrait commencer à utiliser le système de paiement russe Mir. Cela permettrait aux Russes présents dans le pays de payer avec une carte de crédit. Les sociétés occidentales telles que Visa et Mastercard ont suspendu leurs opérations en Russie, ce qui empêche les touristes russes de les utiliser en Turquie. La Turquie est la destination de vacances la plus populaire pour les Russes.

Énergie et véhicules

En matière d’électricité également, la Turquie est de plus en plus dépendante de la Russie. Outre les combustibles fossiles qu’elle importe, la première centrale nucléaire du pays est en construction dans le sud de la Turquie. Fait remarquable, Rosatom, l’agence d’État russe pour l’énergie nucléaire, est le principal financier du projet et est également responsable de sa construction et de son exploitation ultérieure.

Pendant ce temps, la Turquie elle-même exporte de plus en plus vers la Russie. Par exemple, ces derniers mois, le pays a expédié de plus en plus de véhicules vers le pays. Le ministre turc des Transports, Adil Karaismailoglu, s’en est même ouvertement vanté la semaine dernière. Les exportations turques vers la Russie en général ont également atteint leur niveau le plus élevé depuis huit ans.

Ce qui n’est pas encore exporté vers la Russie, en revanche, ce sont les tristement célèbres drones Bayraktard utilisés par l’Ukraine pour rendre la vie difficile aux envahisseurs russes. Baykar Technologies, le constructeur de ces machines de guerre, a même déclaré en août qu’il souhaitait ouvrir une usine en Ukraine. Remarquable : le CTO Selçuk Bayraktar est le gendre du président turc. Erdogan lui-même a déclaré en juillet que l’entreprise n’avait pas l’intention de vendre des drones à la Russie et a même affirmé que les propriétaires considéraient comme « impensable » de coopérer avec le pays.

(JM)

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20