« La Turquie paiera le gaz russe en partie en roubles » : l’Occident s’inquiète du resserrement des liens entre Ankara et Moscou

Six responsables occidentaux ont déclaré au journal économique Financial Times qu’ils étaient préoccupés par l’engagement pris par les dirigeants turcs et russes de coopérer plus étroitement dans les domaines du commerce et de l’énergie. Poutine et Erdogan se sont rencontrés pendant quatre heures vendredi dernier à Sotchi, en Russie, où il a été convenu, entre autres, que la Turquie paierait désormais le gaz russe en partie en roubles.

Les gouvernements occidentaux sont de plus en plus préoccupés par les relations commerciales du président turc Recep Tayyip Erdogan avec l’autocrate russe Vladimir Poutine. Il est à craindre que la Turquie n’aide la Russie à alléger la pression des sanctions occidentales.

Système de paiement russe

Le plus haut responsable de l’énergie à Moscou, le vice-premier ministre Alexander Novak, a déclaré aux journalistes après le sommet bilatéral de Sotchi la semaine dernière que la Turquie avait accepté de payer en roubles pour le gaz russe. Cette information a été rapportée par l’agence de presse russe Interfax. Poutine et Erdogan ont déjà discuté des aspects pratiques des transactions bancaires en roubles et en lires, a-t-il ajouté.

Dans l’avion qui le ramenait de Russie, Erdogan a déclaré aux journalistes que l’utilisation du système de paiement russe Mir était également sur la table ; cinq banques turques commenceraient à l’utiliser. Cela permettrait aux Russes de payer avec une carte de crédit en Turquie, à un moment où Visa et Mastercard ont suspendu leurs opérations en Russie. Le dirigeant turc a déclaré que Mir aiderait les touristes russes à payer leur courses à l’épicerie et leur séjour à l’hôtel.

Centrale nucléaire russe

Plus tôt, il a également été révélé qu’Akkuyu, la première centrale nucléaire de Turquie, est largement financée par les Russes. En effet, 93% du financement du projet, qui coûtera environ 20 milliards d’euros, est assuré par Akkuyu Nuclear JSC, une filiale de Rosatom, l’agence d’État russe pour l’énergie nucléaire.

Akkuyu Nuclear JSC construit actuellement la centrale et l’exploitera également après son achèvement. Cette décision a été prise en 2010 lorsque les deux pays ont signé un accord. À terme, le projet devrait produire environ 10% de l’électricité de la Turquie.

La Turquie comme refuge pour l’argent russe ?

Les diplomates occidentaux, quant à eux, craignent que la Turquie ne devienne à la fois un refuge pour l’argent russe et une plateforme pour les échanges commerciaux des pays occidentaux avec la Russie.

En effet, le nombre de Russes qui créent des entreprises en Turquie ou y achètent des biens immobiliers a fortement augmenté au cours des derniers mois. Le quotidien italien Corriere della sera a fait état d’une forte augmentation des exportations turques vers la Russie, de l’ordre de 400 millions de dollars par mois, et a été le premier à signaler une forte augmentation des exportations italiennes vers la Turquie (87% en glissement annuel). Le journal en déduit que de nombreuses entreprises italiennes continuent également à commercer avec Moscou via Ankara.

UE

Un fonctionnaire de l’UE a déclaré au FT que l’alliance des 27 États membres surveille les relations turco-russes « de plus en plus étroitement ». Un autre haut fonctionnaire gouvernemental a suggéré que les gouvernements pourraient agir contre Ankara en « appelant les entreprises occidentales à se retirer ou à réduire leurs relations avec la Turquie, à la lumière du risque qui découlerait de l’élargissement des relations de la Turquie avec la Russie ».

Plusieurs autres, en revanche, ont laissé entendre qu’il n’était pas clair sur quoi Erdogan et Poutine s’étaient exactement mis d’accord. Une décision formelle de l’UE sur des sanctions à l’encontre de la Turquie serait difficile, étant donné les divisions sur la question au sein de l’État.

Washington

Les États-Unis ont averti à plusieurs reprises qu’ils infligeraient des « sanctions secondaires » aux pays qui aident la Russie à échapper aux sanctions. Le secrétaire adjoint au Trésor américain, Wally Adeyemo, a été invité à Istanbul en juin, où il a mis en garde les fonctionnaires et les banquiers turcs contre le risque de devenir un canal pour l’argent russe illégal.

La Turquie est profondément intégrée dans le système financier occidental. La plupart des grandes marques occidentales (Coca-Cola, Bosch, Nestlé, Microsoft, Hilton, etc.) sont établies dans le pays depuis des décennies et y ont souvent des activités très rentables.

(JM)

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20