L’Afrique peut-elle satisfaire l’appétit européen pour le gaz ?

Les États-Unis ne seront pas les seuls à exporter davantage de gaz naturel vers l’Union européenne (UE), maintenant que les robinets de gaz russe sont fermés. L’Afrique espère également obtenir une part du gâteau.

L’UE souhaite mettre un terme à toutes les importations de pétrole russe d’ici la fin de l’année. Mais les besoins de l’Europe en gaz naturel, notamment pour l’industrie, restent un point sensible. Il n’est pas certain que les autres exportateurs de gaz puissent répondre à la demande.

Les États-Unis, entre autres, ont déjà promis de fournir davantage de gaz à l’Europe. Mais qu’en est-il des pays africains, qui disposent également d’importantes réserves de gaz ?

« Nous allons voir plus d’investissements »

Bien que l’Afrique ait le potentiel pour extraire beaucoup de gaz naturel, le continent est un petit acteur sur le marché. La Russie fournit 40 % des importations de l’Europe. En chiffres absolus, cela représente tout de même deux fois plus que les exportations combinées des plus grands pays d’Afrique, selon l’économiste de l’énergie Carole Nakhle. « Il est peu probable qu’ils puissent compenser les pertes d’approvisionnement russe pour le moment », a déclaré Nakhle à la BBC.

Mais cela pourrait changer, ajoute Nakhle : « La bonne nouvelle est qu’il y aura plus d’intérêt pour les pays qui ont déjà les ressources nécessaires pour remplacer le gaz russe, et l’Afrique est en très bonne position. Nous allons voir plus d’investissements. »

L’Algérie est actuellement le plus grand exportateur de gaz du continent, et même le dixième exportateur de gaz au monde. 83 % du gaz algérien envoyé à l’étranger aboutit en Europe.

Le pays est bien placé pour bénéficier de la nouvelle politique énergétique de l’UE et dispose également d’une infrastructure bien développée pour les livraisons de gaz à l’Europe.

« Encore 28% de la capacité peut être mise en service »

Le Premier ministre italien Mario Draghi a annoncé un nouvel accord de fourniture de gaz avec l’Algérie en avril. « Immédiatement après l’invasion russe, j’ai annoncé que l’Italie prendrait rapidement des mesures pour réduire sa dépendance au gaz russe. Cet accord est une réponse importante à cet objectif stratégique. D’autres suivront », a déclaré M. Draghi après sa rencontre avec le président algérien Abdelmadjid Tebboune.

L’Algérie enverrait 9 milliards de mètres cubes de gaz supplémentaires à l’Italie entre l’année prochaine et 2024. Un accord a été conclu à cet effet entre la multinationale énergétique algérienne Sonatrach et la société énergétique italienne Eni.

Le Nigeria,e, Afrique de l’Ouest, voit également le potentiel que représentent les revenus supplémentaires tirés du gaz. Cependant, il exporte actuellement la plupart de son gaz, sous forme liquide (GNL), vers la Chine. Le Nigeria devra produire beaucoup plus s’il veut aussi répondre à la forte demande de l’Europe.

Les principaux débouchés européens du GNL provenant du Nigeria seraient l’Espagne, le Portugal et la France, a déclaré une source à la BBC. « Il existe une possibilité d’augmenter la production. Actuellement, au Nigeria, seuls 72 % des usines de GNL sont en service, ce qui signifie que 28 % de la capacité peut encore être utilisée. À condition que la société Nigeria LNG puisse obtenir le gaz, et c’est là que réside le plus grand défi actuellement », toujours selon cette source de la BBC.

Manque d’infrastructures

Il reste cependant très probable que l’Afrique ne pourra satisfaire qu’une petite partie des besoins en gaz de l’Europe. Selon les experts, il existe un manque historique d’infrastructures gazières, notamment en Afrique subsaharienne.

De nombreux pays africains disposant d’importantes réserves de gaz ont également éprouvé des difficultés à attirer des investissements pour la construction de projets d’infrastructure gazière destinés à approvisionner le marché européen. Ces investissements importants seraient en particulier nécessaires pour construire des pipelines transrégionaux et intercontinentaux afin d’ouvrir l’accès à l’Europe.

Le Nigeria, qui possède les plus grandes réserves de gaz d’Afrique, espère fournir un cadre par le biais d’une nouvelle législation afin de réduire le gaspillage et la corruption dans le secteur, rapporte Al Jazeera.

« Le Nigeria n’est pas actuellement une destination de choix pour les investissements dans l’industrie pétrolière et gazière », admet Joe Nwakwue, ancien président de la Society of Petroleum Engineers au Nigeria et ancien conseiller du ministre-junior du pétrole. « C’est pourquoi nous avons insisté sur un régime fiscal compétitif dans le projet de loi ».

« En outre, pour relever le défi des infrastructures, nous devons ouvrir le secteur aux capitaux privés. Notre oligopole actuel ne suffirait pas car la Nigerian National Petroleum Corporation n’a pas le capital nécessaire pour construire les infrastructures requises », a déclaré Nwakwue.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20