La transition écologique a désormais un coût: 3.000 milliards de dollars en trois ans

Le nouveau plan de développement durable de l’Agence internationale de l’Énergie s’étale sur 3 ans. Mille milliards de dollars devront être investis chaque année. Mais il permettrait de diminuer les émissions de carbone, mais aussi de créer de l’emploi et de relancer l’économie.

Pour l’IAE, la crise économique de 2020 est le moment parfait pour adopter des politiques de transition écologique. Pour aider les gouvernements, l’agence vient de publier le World Energy Outlook 2020 reprenant une série de mesures phares pour éviter le réchauffement climatique.

Réalisé en collaboration avec le Fonds monétaire international, ce programme sur trois ans offre une grande place à la relance économique. Il devrait permettre :

  • De stimuler la croissance économique
  • D’augmenter le PIB de 3,5 % d’ici 2023
  • De sauver ou de créer 9 millions d’emplois par an
  • De réduire les émissions de gaz à effets de serre de 14 % par rapport à 2019

Le plan a pour avantage de pouvoir s’intégrer dans les programmes de relances qui prennent forme un peu partout dans le monde à la suite de l’épidémie de coronavirus.

‘Les décideurs politiques doivent prendre des décisions extrêmement importantes en très peu de temps alors qu’ils élaborent des plans de relance. Notre plan de relance durable leur fournit une analyse rigoureuse et des conseils clairs sur la manière de relever simultanément les grands défis économiques, énergétiques et climatiques d’aujourd’hui’, explique Fatih Birol, directeur général de l’IAE.

3 mille milliards de dollars

Le financement nécessaire pour ce plan reviendrait 3.000 milliards de dollars répartis sur trois ans. Cela représente 0,7 % du PIB mondial actuel.

Les dépenses proviendraient à 30 % des autorités publiques. Selon Bloomberg, c’est moins de 10 % des fonds consacrés à la lutte contre le coronavirus. Les 70 % restants seraient fournis par le secteur privé, soutenu par différentes mesures politiques.

Le 9 juillet prochain, les ministres de l’Énergie, des chefs d’entreprise et de grands investisseurs se rencontreront lors du sommet de l’IAE. Le World Energy Outlook 2020 y sera présenté en détail. Les principaux décisionnaires dans le secteur de l’énergie discuteront alors des actions possibles à court et à long terme pour permettre la transition écologique.

Les 6 secteurs clés

Les mesures proposées par l’IAE se concentrent sur 6 secteurs économiques : l’électricité, les transports, l’industrie, les bâtiments, les carburants et les technologies émergentes à faible émission de carbone.

Les investissements dans l’énergie, fortement impacté par la crise, devraient diminuer de 20 % cette année. Le plan de relance propose de financer des solutions durables, mais aussi offrant une sécurité énergétique. Ainsi, les installations hydroélectriques, solaires et éoliennes sont promues, tout comme les centrales nucléaires, qui produisent des déchets impossibles à recycler, mais qui ne génèrent pratiquement pas de CO2.

Plus
Lire plus...
Marchés