« La plupart des propriétés gelées ne dégèleront jamais » : les oligarques russes vont-ils perdre définitivement leurs villas londoniennes ?

« Londres est aux milliardaires ce que les jungles de Sumatra sont aux orangs-outans : l’habitat naturel ». En 2014, le maire de Londres de l’époque, l’actuel Premier ministre britannique Boris Johnson, a prononcé ces mots. En 2022, cependant, où de plus en plus d’oligarques russes sont sanctionnés et voient leurs biens gelés, c’est le contraire qui se produit. Mais à quel point ce gel des avoirs russes est-il définitif ?

Pendant des siècles, la capitale britannique a fait office de Valhalla pour les empires russes, ce qui lui a valu les surnoms de « Londongrad » et de « Moscou-sur-la-Tamise ». Ces dernières années surtout, depuis que la richesse des Russes, après l’effondrement de l’Union soviétique, augmente à nouveau tranquillement, de plus en plus d’oligarques achètent une maison à Londres et dans ses environs.

Le propriétaire de Chelsea, Roman Abramovich, possède une villa de 15 chambres dans le quartier chic de Kensington, qui coûte 150 millions de livres sterling. La villa du milliardaire Oleg Deripaska à Belgrave Square est évaluée à environ 50 millions de livres sterling et Mikhail Fridman, par l’intermédiaire de sa société d’investissement Letter One, possède également des biens immobiliers à Londres et dans ses environs.

Ce qui lie les trois hommes n’est pas seulement leur goût pour les belles demeures : tous trois, ainsi que d’innombrables autres oligarques, ont été sanctionnés par le gouvernement britannique : leurs avoirs au Royaume-Uni ont été temporairement gelés. Temporairement?

L’exemple de la Libye

Après l’éclatement du printemps arabe en 2011 dans plusieurs pays d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient, une série de sanctions du gouvernement britannique a suivi. Cela a conduit à la confiscation de trois bureaux d’une valeur totale d’environ 700 millions de livres, appartenant à la Libyan Investment Authority, une banque d’investissement contrôlée par l’État. Les bureaux sont actuellement toujours utilisés, mais des rénovations ou une vente sont exclues pour l’instant.

Les bureaux sont actuellement gérés par Jeremy Grey, nommé par l’agence immobilière James Andrew International. Lorsque Politico lui a demandé combien de temps les avoirs seraient gelés, Grey a répondu : « Lorsque j’ai parlé du gel au Trésor, ils ont dit que la plupart des avoirs gelés ne seraient plus jamais dégelés. »

La situation en Russie

Reste à savoir s’il en sera de même pour les villas, les bureaux et l’équipe de football de Chelsea. Ce qui est sûr, c’est que le gouvernement britannique y pense : le ministre du logement, Michael Gove, a déjà suggéré de mettre temporairement les villas à la disposition des réfugiés ukrainiens.

Dans une interview accordée à la BBC, il a toutefois indiqué que cela serait juridiquement difficile et qu’il n’irait pas jusqu’à confisquer définitivement les propriétés. Mais cela prendra certainement plusieurs années.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20