La France dépense 20 millions d’euros pour encourager la pratique du vélo

(Isopix)

La France veut encourager ses citoyens à maintenir les niveaux de pollution à un faible niveau une fois que les mesures de restrictions auront pris fin. Une méthode qui fait également partie du plan de déconfinement.

Dans le cadre de ce programme de 20 millions d’euros, chacun pourra bénéficier de réparations de vélos jusqu’à 50 euros chez des mécaniciens agréés. Les fonds contribueront également à financer la formation des cyclistes et les places de parking temporaires. C’est ce qu’a annoncé a ministre de l’environnement Elisabeth Borne ce jeudi.

Ce plan vise également à réduire la surpopulation dans les métros et les bus, où il est difficile de pratiquer la distanciation sociale nécessaire pour prévenir la transmission du virus. Du tout bénef.

‘Le cyclisme peut contribuer à prévenir une deuxième vague de la pandémie de coronavirus’, a même déclaré le président de la Fédération française de cyclisme (FUB), Olivier Schneider. La FUB a précisé que le gouvernement avait préparé 300.000 chèques d’une valeur de 50 euros pour le programme de réparation et qu’il serait étendu s’il rencontrait un franc succès.

750 km de pistes cyclables à Paris

Le gouvernement accélérera également un programme permettant aux employeurs de couvrir jusqu’à 400 euros des frais de déplacement du personnel qui se rend au travail à vélo. Un coup de pouce qui pourrait peut-être faire la différence pour amener certains à troquer leur voiture contre un deux-roues. Et ça ne s’arrête pas là.

Le coordinateur du plan, Pierre Serne, a annoncé à la radio France Bleu que la région parisienne prévoit de créer jusqu’à 750 km de nouvelles pistes cyclables pour faciliter l’accès des navetteurs aux villes situées en dehors de la capitale. Elle rétrécira pour ce faire l’espace réservé aux voitures. Paris dispose actuellement d’environ 370 km de pistes cyclables.

La maire de la capitale Anne Hidalgo a par ailleurs déclaré que la ville allait créer de nouvelles pistes cyclables le long des lignes de métro 1, 4 et 13 très fréquentées. Alors, Paris deviendra-t-elle le nouvel Amsterdam?

Lire aussi: