Les marchés:
Markten inladen...

VENDREDI 03 AVR

Business 24/7

Zoeken
scrollTop top

De plus en plus de Belges enfourchent leur vélo, sauf en Wallonie

Logo Business AM
Mobility

21/02/2020 | Kathy De Schrijver | 5 min de lecture

(Pixabay)

Plus de la moitié des Belges ont enfourché un vélo l’année passée selon une étude de Vias. Mais c’est surtout en Flandre et à Bruxelles que le nombre de cyclistes a augmenté. En Wallonie, l’insécurité routière refroidit les ardeurs des sportifs.

Chaque année depuis 8 ans, l’Institut Belge pour la Sécurité Routière (Vias) publie une enquête nationale. Le but: étudier les habitudes de transport des Belges et mettre en avant les gros problèmes d’insécurité routière dans le pays.

Résultat: la Wallonie est à la traîne dans les modes de transport alternatifs à la voiture. Seul 25% des Wallons ont sorti leur vélo l’année passée. Comparé à la Flandre (69%), le sud du pays est fortement à la traîne. En cause, le sentiment d’insécurité sur nos routes. Les Bruxellois ont connu le même problème, mais il commence doucement à se résorber.

Raisons de l’insécurité

Si l’insécurité est aussi présente dans notre pays, c’est à cause des nombreux comportements à risque des automobilistes, mais aussi des cyclistes.

La vitesse reste le premier problème sur les routes. De plus en plus d’automobilistes ont déclaré avoir dépassé les limitations de vitesse au moins une fois chaque mois. Et c’est surtout hors agglomération que cela se produit. Entre 31 et 36% des excès de vitesse y sont commis. Vias espère que la mise en place de radars tronçons va faire chuter ces chiffres.

Mais les cyclistes sont aussi très dangereux. Plus de la moitié d’entre eux a déjà roulé sous l’influence de l’alcool. C’est logiquement beaucoup plus courant en Flandre qu’en Wallonie, le vélo étant devenu une habitude chez les jeunes Flamands. En outre, 4 cyclistes sur 10 n’hésitent pas à emprunter la piste cyclable à contre sens même lorsque ce n’est pas autorisé. Le risque d’accident avec un véhicule motorisé est beaucoup plus grand.

La voiture, toujours maîtresse de nos routes

Selon l’étude de Vias, nous sommes encore 83% à utiliser la voiture pour nous déplacer. Un nombre qui reste constant par rapport à l’année dernière. Les marches pour le climat ne semblent pas avoir convaincu les Belges d’abandonner totalement la voiture.

À Bruxelles cependant, la voiture est au même niveau que les transports en commun. 64% des Bruxellois les utilisent. La Wallonie les a boudé un peu plus puisque seul 1 Wallon sur 3 les a empruntés. Il est sûr que le réseau des TEC et de la SNCB est beaucoup moins développé qu’en Région de Bruxelles-Capitale. La voiture reste encore souvent le seul moyen pour se déplacer dans certaines zones reculées de Wallonie.

Boom des nouvelles technologies

Pour affronter les routes vallonnées de notre cher pays, 1 Belge sur 6 s’est tourné vers les vélos à assistance électrique. Ils permettent aussi en moyenne d’aller plus vite que des vélos classiques.

La surprise de l’année est la trottinette électrique. À Bruxelles, son utilisation a doublé passant de 6% en 2018 à 12% en 2019. Les Bruxellois adorent tellement ce nouveau moyen de déplacement qu’ils en ont un peu délaissé les transports en commun. Et contrairement à ce qu’on peut croire, la trottinette électrique n’est pas plus dangereuse que le vélo. Plus aucune raison de ne pas essayer.

Lire aussi:

Source: BusinessAM


Pour aller plus loin...


Logo Business AM

Business AM | Stocks