Paris veut débarrasser les voitures de son centre-ville : voici le plan

De fietser heeft in Parijs al een grotere ruimte gekregen. – Berzane Nasser/Abacapress

Paris veut réduire de façon drastique le trafic automobile dans le centre-ville. C’est ce qu’indique un plan présenté par le conseil municipal. La proposition vise à interdire la circulation de transit dans quatre quartiers du centre de la capitale française à partir de l’année prochaine. La priorité doit être donnée aux cyclistes, aux piétons et aux transports publics.

Le conseil municipal souligne que l’introduction de la zone sans voiture –  « ZTL », Zone à Trafic Limité – permettra de rendre la ville moins polluée, plus verte, plus calme et plus sûre. Pendant la pandémie, Paris a déjà construit des centaines de kilomètres de pistes cyclables supplémentaires.

Quinze minutes

Anne Hidalgo, la maire de Paris, a été réélue l’année dernière avec la promesse d’introduire le principe du centre-ville en quinze minutes. Selon cette approche, il deviendrait plus facile pour les résidents de se déplacer de leur domicile aux magasins, écoles et services en moins de quinze minutes par une forme de mobilité douce – à pied ou à vélo.

Le plan prévoit que les résidents et les entreprises du centre-ville pourront continuer à utiliser leur voiture, mais que le trafic de transit sera interdit. Il convient de noter que la proposition s’inscrit dans une démarche visant à assurer la reconquête de l’espace public actuellement occupé par la voiture au profit de nouvelles formes de mobilité plus conviviales et moins polluantes.

Le conseil municipal a proposé un plan avec 4 zones limitées. La zone s’étendra de la Bastille à l’est aux Tuileries à l’ouest et comprendra les deux rives de la Seine, y compris une partie du boulevard Saint-Germain.

La ZTL.

Consultation

David Belliard, l’adjoint à la maire de Paris, a déclaré que le plan suivait l’exemple d’autres villes telles que Madrid, Nantes et Rome, qui ont également déjà converti un certain nombre de quartiers en zones piétonnes.

Toutefois, M. Belliard a souligné que l’objectif n’était pas d’éliminer complètement le trafic automobile. Les résidents, les personnes à mobilité réduite, les taxis et les commerçants locaux pourront toujours accéder au centre-ville en voiture », a déclaré le maire adjoint.

Une consultation a été lancée sur le nouveau plan piétonnier, où les résidents peuvent donner leur avis sur les propositions. Cette consultation sera conclue dans le courant de l’année. Sur cette base, une décision finale sera prise quant aux utilisateurs de voitures qui seront encore autorisés à entrer dans la zone à l’avenir.

Après quoi le projet devrait voir le jour dès 2022.

Bruxelles

À Bruxelles, où le concept de Ville30 a été instauré (limitation de vitesse à 30 km/heure), les premiers résultats sont encourageants estiment la ministre bruxelloise de la Mobilité. La vitesse moyenne a bel et bien diminué, entraînant moins d’accidents et de victimes sur les routes.

Selon les détracteurs du plan Ville30, ces chiffres sont surtout dûs aux confinements successifs.

Au niveau de la congestion et de la pollution de l’air du centre de Bruxelles, la capitale belge déploie depuis de nombreuses années maintenant des Dimanches sans voiture. Greenpeace a poussé pour étendre ce dispositif pour tous les dimanches d’avril à septembre, mais la situation n’a pas encore évolué en ce sens.

Notons que Bruxelles a aussi introduit une zone à basses émissions (LEZ) qui doit petit à petit retirer les voitures à essence et diesel les plus polluantes de la ville. Idem pour Paris qui veut se débarrasser de tous les véhicules polluants d’ici 2030.

Pour aller plus loin :