La Commission négocie avec Johnson & Johnson pour un vaccin contre le Covid-19

Isopix

La Commission européenne est en pourparlers avancés avec le géant pharmaceutique Johnson & Johnson pour réserver ou acheter d’avance des doses de son vaccin contre le Covid-19 en cours de développement, affirme Reuters ce jeudi sur base de sources bien informées.

Les 27 pays membres de l’UE ont mandaté la Commission européenne pour négocier et conclure des accords avec jusqu’à six laboratoires qui développent en ce moment un vaccin contre le Covid-19. Pour ce faire, la Commission dispose d’un fonds d’urgence de plus de 2 milliards d’euros.

Un accord est ‘en cours d’élaboration’ avec Johnson & Johnson, a déclaré à Reuters un haut responsable de la santé d’un État membre de l’UE, et qui préfère rester anonyme. Une affirmation confirmée par une seconde source qui rapporte un appel entre la Commission et le géant pharmaceutique mardi dernier.

Par ailleurs, l’UE cherchait également à conclure un accord avec le géant français Sanofi, affirme cette première source.

Des tests en Belgique dès juillet

Si les négociations en cours avec Johnson & Johnson devaient aboutir, il s’agirait du premier accord de ce type conclu par l’UE afin de tenter de sécuriser des vaccins pour la population européenne.

À ce stade, il n’est pas clair si l’accord porte sur une option d’achat ou sur un paiement d’avance pour les doses. La Commission européenne tout comme Johnson & Johnson n’ont pas commenté ces informations.

Quoi qu’il en soit, la firme américaine prévoit de commencer des essais cliniques sur l’homme pour son vaccin expérimental dès le mois de juillet. Au moins une partie de ces tests auront lieu en Belgique via le laboratoire Jansen Pharmaceutica, propriété de Johnson & Johnson. Plus de 400 personnes se sont déjà portées volontaires dans notre pays pour tester le vaccin, mais d’autres participants sont encore recherchés.

Selon un porte-parole du ministère néerlandais de la santé, ‘le vaccin de Johnson & Johnson est l’une des initiatives prometteuses.’

AstraZeneca, le plus avancé?

Encore plus prometteur, le candidat vaccin de la firme britannico-suédoise AstraZeneca pourrait être prêt encore plus tôt. Mardi, le PDG de la firme Pascal Siriot a même affirmé sur Bel RTL qu’un vaccin contre le coronavirus serait disponible en Belgique dès le mois d’octobre et qu’il coûterait seulement 2 euros.

Pour l’heure, des essais cliniques, dont la troisième phase vient d’être amorcée, sont en cours au Royaume-Uni. Les résultats devraient être disponibles entre août ou septembre prochain.

L’Allemagne, la France, l’Italie et les Pays-Bas ont déclaré la semaine dernière qu’ils avaient déjà acquis 400 millions de doses du vaccin potentiel. Un accord similaire a été signé en mai entre AstraZeneca et les États-Unis.

En achetant des vaccins encore en cours de développement, les gouvernements prennent le risque d’acquérir des produits qui pourraient s’avérer inefficaces. Mais le consensus actuel est que le jeu en vaut la chandelle pour garantir des doses suffisantes aux populations des pays concernés.