La Chine renifle le carburant russe bon marché, boudé par le monde entier

Les principaux importateurs chinois de gaz naturel liquéfié recherchent prudemment du gaz russe supplémentaire que les autres acteurs du marché évitent. C’est ce que rapporte l’agence de presse Bloomberg. La deuxième économie mondiale espère ainsi bénéficier des bas prix de ces produits énergétiques. Mais il s’agit d’un exercice d’équilibre difficile : les constructions doivent être mises en place pour contourner les boycotts occidentaux.

Pourquoi est-ce important ?

Alors que l’Occident boycotte son économie telle une épée de Damoclès au-dessus de sa tête - Washington, par exemple, a imposé un embargo sur le pétrole russe - Moscou tente de renforcer ses relations avec les autres capitales. Ainsi, outre New Delhi, Pékin doit également rester un partenaire commercial loyal.

La plupart des importateurs de GNL dans le monde n’achèteront pas de cargaisons russes par crainte de futures sanctions ou d’une atteinte à leur réputation en raison de l’agression russe en Ukraine. Les entreprises chinoises sont parmi les rares à vouloir prendre ce risque. Auparavant, les raffineurs de pétrole chinois s’approvisionnaient discrètement en brut russe bon marché, qui est boudé par le reste du monde ; l’Inde est à peu près la seule autre grande puissance à suivre cet exemple.

Gaz naturel russe liquide

Plus précisément, les entreprises publiques chinoises du secteur de l’énergie, telles que Sinopec et PetroChina, sont actuellement en pourparlers avec des fournisseurs pour acheter des cargaisons au comptant en provenance de Russie à des rabais importants, selon les sources de Bloomberg. Certains importateurs envisagent même de faire appel à des sociétés russes pour participer en leur nom aux appels d’offres pour le gaz naturel liquéfié (GNL), selon les mêmes initiés. Ils veulent ainsi cacher leurs projets d’achat aux gouvernements qui maintiennent un boycott russe.

Le GNL russe se négocie sur le marché au comptant avec une réduction de plus de 10 % par rapport aux expéditions normales en Asie du Nord, ont déclaré des négociants. Les prix au comptant du carburant hyperrefroidi ont atteint un niveau record le mois dernier en raison de la guerre en Ukraine. Cette situation entraîne à son tour un resserrement de l’offre au moment même où l’Occident entre dans une ère post-coronavirus et où la consommation mondiale commence à reprendre.

La Chine, d’ailleurs, n’a pas un grand besoin de GNL, car le temps plus clément et les craintes d’une nouvelle vague de coronavirus majeure ont atténué la demande d’approvisionnement au comptant dans ce pays. Néanmoins, le gaz russe bon marché pourrait aider à reconstituer les réservoirs de stockage avant que les prix ne remontent cet été.

Attention

La Chine reste toutefois prudente. Au lieu de participer directement à un appel d’offres pour la vente de GNL russe, les entreprises chinoises veulent utiliser des « sleeves », selon les sources. Il s’agit d’entreprises qui effectuent des achats en leur nom afin de masquer leurs achats. De cette manière, leur activité au comptant est masquée et il apparaît plutôt que la société chinoise en question accepte un approvisionnement en gaz russe dans le cadre d’un contrat à long terme. D’ailleurs, les entreprises du monde entier ont continué à faire ce dernier point – malgré la guerre en Ukraine.

La participation de bureaux satellites situés dans des pays qui ont imposé un boycott russe est également hors de question. La plupart des bureaux de négociation de GNL des entreprises chinoises sont situés à l’étranger, par exemple à Singapour. La Chine veut éviter les problèmes avec les gouvernements de ces pays.

Les entreprises préfèrent également ne pas acheter en gros. Les petits acheteurs chinois de GNL auront du mal à obtenir des garanties de crédit de la part des banques pour acheter des cargaisons ponctuelles supplémentaires en provenance de Russie : la plupart des institutions financières de Singapour ne sont pas disposées à leur apporter leur soutien.

Le boycott conduit-il à l’utilisation du yuan ?

Les États-Unis et leurs alliés occidentaux ont nui à la capacité de la Russie à commercer. Par exemple, les États-Unis ont gelé 630 milliards de dollars d’actifs que la banque centrale russe détenait comme réserves internationales. Cela a fait prendre conscience à un certain nombre de pays de leur dépendance excessive à l’égard du dollar. En raison de la méfiance à l’égard de la politique monétaire américaine, le yuan chinois a fait une entrée fracassante en tant que monnaie d’échange ces dernières années.

Plus de 70 banques centrales ont fait du yuan une monnaie de réserve, et de nombreux pays d’Afrique et du Moyen-Orient utilisent régulièrement la monnaie chinoise pour leurs transactions, a souligné Baizhu Chen, professeur de finance clinique et d’économie d’entreprise à l’université de Californie du Sud, à Business Insider.

« Certains pays ont le sentiment que leur économie peut être prise en otage par la politique américaine parce que le dollar est dominant, et les pays veulent diversifier leur risque », a déclaré Chen.

La Russie exige désormais le paiement des nations hostiles dans sa monnaie, le rouble, pour l’exportation de son gaz naturel. Il n’est pas clair quel arrangement sera conclu avec la Chine. Un système de transaction roupie-ruban est mis en place pour l’exportation de pétrole russe vers l’Inde.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20