Étranglé par un prêt chinois d’un milliard d’euros, le Monténégro sollicite l’aide de l’UE

CHINE NOUVELLE/SIPA/Isopix

Le gouvernement du Monténégro a sollicité l’aide de Bruxelles pour rembourser un prêt chinois d’un montant de un milliard d’euros. Le prêt était censé financer un nouveau tronçon d’autoroute qui n’a jamais été achevé. Le remboursement met désormais en péril les finances de ce petit pays des Balkans.

L’entreprise publique chinoise ‘Road and Bridge’ construit depuis plusieurs années un tronçon d’autoroute avec un imposant pont au Monténégro.

Le contrat relatif à ce projet a été signé en 2014 entre Podgorica et la banque chinoise Exim. Le gouvernement monténégrin a contracté un prêt de pas moins d’un milliard d’euros auprès de cette banque. Les 41 premiers kilomètres de l’autoroute auraient coûté environ 20 millions d’euros par kilomètre. Des montants hallucinants qui en feraient l’une des autoroutes les plus chères du monde.

Mais l’autoroute et son imposant pont ne sont toujours pas terminés. Et le remboursement du prêt commence à peser très lourd sur les finances du Monténégro. À tel point que le gouvernement monténégrin est aujourd’hui contraint de demander une aide à Bruxelles pour pouvoir continuer à rembourser. Son ministre des Finances, Milojko Spajić, a déclaré dans une interview au Financial Times qu’il ne devrait y avoir ‘aucun problème’ pour que l’UE offre son aide.

Mais Bruxelles aidera-t-elle le petit État des Balkans?

Le ‘piège de la dette’ chinoise

Le Monténégro compte beaucoup sur la Chine pour la construction de nouvelles infrastructures. Ce n’est d’ailleurs pas le seul pays dans cette situation. Avec son initiative ‘Belt & Road’ (Nouvelles routes de la soie), la Chine poursuit de manière agressive le déploiement de nouvelles infrastructures dans les pays en développement.

Mais ces États sont rarement en mesure de s’en sortir sans contracter des montagnes de dettes auprès des entreprises publiques chinoises. C’est pourquoi ils sont souvent contraints de céder en fin de compte les projets que les Chinois ont réalisés dans leur pays.

Il semble que le Monténégro soit également victime d’un tel ‘piège de la dette’. ‘La situation est dramatique d’un point de vue géopolitique’, a encore déclaré Milojko Spajić.

Bruxelles tourne le dos au Monténégro (pour l’instant)

C’est la première fois qu’un pays européen demande aussi ouvertement l’aide de l’Union pour faire face à l’influence croissante de la Chine. Mais que peut faire Bruxelles?

La Commission européenne semble réticente à aider le Monténégro pour l’instant. ‘Nous voulons aider… Mais le montant du prêt est disproportionné par rapport à la taille de l’économie monténégrine. Nous ne savons donc pas encore comment aborder la question. En outre, l’autoroute ne remplit pas les conditions européennes pour un tel projet’, a déclaré un fonctionnaire de la Commission.

Pour aller plus loin: