« Destination inconnue »: la nouvelle technique de la Russie pour continuer d’écouler son pétrole en Europe en douce

Sur le plan politique, l’Union européenne n’a pas décrété d’embargo sur le pétrole russe. Mais certaines compagnies européennes se sont « auto-sanctionnées », en annonçant y renoncer. Ça, c’est pour la théorie. En pratique, les choses se passent autrement.

Si des pays tels que les États-Unis, le Royaume-Uni ou l’Australie ont décrété un embargo sur le pétrole russe, ce n’est pas le cas de l’Union européenne. Certains de ses membres – avec l’Allemagne en tête de gondole – s’y opposent, car bien trop dépendants.

Dans le même temps, des géants pétroliers comme Shell ou TotalEnergies ont annoncé qu’ils renonçaient d’eux-mêmes à l’or noir en provenance de Russie. Ils craignent d’être accusés de financer le gouvernement russe, et donc indirectement la guerre en Ukraine que celui-ci a lancée le 24 février dernier.

Mais depuis le début de la guerre, l’écart entre le prix des pétroles européen et russe n’a cesse de grandir. Jusqu’à en devenir beaucoup trop tentant pour certains négociants européens, visiblement incapables d’y résister. Pour continuer d’en acheter, ils profitent de techniques mises en place depuis la Russie.

Mélanger du russe et du non-russe, ça fait du non-russe

Selon la société de gestion des risques maritimes Windward, l’activité obscure a augmenté de 600% depuis l’invasion de l’Ukraine. Il s’agit de trajets durant lesquels les navires éteignent leurs transpondeurs pendant plusieurs heures, pour brouiller les pistes.

Dans le même ordre d’idées, depuis le début du mois d’avril, plus de 11,1 millions de barils de pétrole ont été chargés sur des pétroliers renseignant la mention « destination inconnue », rapporte le Wall Street Journal. Avant le début de la guerre en Ukraine, on n’en répertoriait presque aucun.

D’après des experts interrogés par le quotidien américain, il s’agit de techniques utilisées par la Russie pour continuer d’exporter son pétrole en Europe. Et qui profite pleinement aux négociants européens pour l’acheter en toute discrétion tout en clamant avoir fait une croix dessus.

Pratique bien connue

Concrètement, ce pétrole russe qui part pour des « destinations inconnues » est ensuite déchargé en mer sur d’autres pétroliers. Après, il est mélangé au brut qui se trouve déjà sur ces navires, et qui provient d’ailleurs. On le retrouve enfin proposé sur le marché européen, sous l’appellation de »mélange letton » ou « mélange turkmène », en fonction du pays où s’est effectué le mélange.

Parmi les géants pétroliers qui profitent de la technique, on retrouve notamment plus que probablement Shell, rapportait déjà Bloomberg début avril. Dans les conditions générales de ses nouveaux contrats, la société indique que les barils qu’elle commercialise ne sont estampillés comme étant « d’origine russe » que si 50% ou plus du pétrole qu’ils contiennent viennent de Russie. Autrement dit, Shell peut vendre des mélanges composés à 49,99% de pétrole russe et assurer qu’il ne s’agit pas de pétrole russe. Tout en assurant boycotter l’or noir venant de Russie.

Cette pratique n’est pas neuve. Par le passé, d’autres pays sanctionnés – ce n’est toutefois pas le cas ici, rappelons-le à nouveau – l’ont adoptée. L’Iran et le Venezuela, entre autres.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20