La Russie exporte le plus de pétrole qu’avant la guerre, mais les sanctions obligent les cargaisons à parcourir d’énormes distances

Les expéditions de pétrole depuis les ports russes ont atteint leur plus haut volume depuis le début de l’année 2022, rapporte l’agence de presse Bloomberg. Mais, en raison des mesures punitives imposées par l’Occident, la distance que les barils de pétrole brut doivent parcourir pour atteindre les acheteurs a augmenté de façon spectaculaire.

Pourquoi est-ce important ?

Le pétrole est le principal produit d'exportation des Russes. En raison de l'invasion de l'Ukraine par la Russie, plusieurs voix, notamment en Europe de l'Est, s'élèvent pour que le pétrole du plus grand pays du monde soit interdit dans l'UE. En Europe occidentale et centrale (Allemagne), beaucoup semblent moins enclins à le faire.

Au cours de la première semaine d’avril, les exportations russes de pétrole brut ont augmenté pour atteindre environ 4 millions de barils par jour, écrit Bloomberg. Le rebond des exportations, qui atteignent un niveau record cette année, intervient après une baisse constante de volume chaque semaine qui a suivi l’attaque russe.

Les recettes et le volume des exportations suggèrent que la Russie contourne certaines des restrictions qui lui ont été imposées en raison de la guerre. Cela renforce également l’hypothèse selon laquelle les sanctions occidentales ont incité le pays à chercher d’autres destinations pour ses exportations. Selon l’agence Bloomberg, les flux se dirigent de plus en plus vers l’Asie, où les navires russes empruntent des routes commerciales de plus en plus longues, et les acheteurs profitent de la forte réduction de prix que Moscou propose sur son pétrole.

Inde

L’une de ces destinations asiatiques est l’Inde. Depuis le début de l’invasion en Ukraine, l’Inde a acheté plus de 13 millions de barils de pétrole brut aux Russes. Il s’agit d’une augmentation considérable par rapport à 2021. Le pays avait acheté 16 millions de barils sur l’ensemble de l’année 2021, note l’agence de presse Reuters. Le pétrole russe serait jusqu’à 20% moins cher que les prix du marché mondial.

Le président américain Joe Biden a soulevé cette question hier lors d’une réunion virtuelle avec le Premier ministre indien Narendra Modi. M. Biden a déclaré qu’il ne serait pas dans l’intérêt de l’Inde d’acheter (encore) plus de pétrole à la Russie, et que cela pourrait entraver la réponse américaine à la guerre en Ukraine, ont déclaré des responsables américains à Reuters. Toutefois, M. Biden n’a fait aucune « demande concrète » à M. Modi.

Les États-Unis ont cessé d’acheter du pétrole russe, et le Royaume-Uni devrait s’en débarrasser d’ici 2023. Les pays de l’UE n’ont toutefois pas réussi à se mettre d’accord ce lundi sur un embargo, écrit Het Laatste Nieuws. Josep Borrell, haut représentant de l’Union pour la politique étrangère et de sécurité, compterait pourtant sur une telle mesure.

Quoi qu’il en soit, plusieurs voix, notamment en Europe de l’Est, continuent de se faire entendre pour demander que le pétrole du plus grand pays du monde soit interdit dans l’UE. En Europe occidentale, en revanche, l’idée est moins populaire. Dans notre pays, Vincent Van Quickenborne (Open VLD), a clairement indiqué dimanche que la Vivaldi ne veut pas d’un embargo pétrolier russe : « Les prix à la pompe doubleront si nous fermons le robinet de pétrole russe. 35 % de notre pétrole provient de Russie », rapporte VTM News.

La machine de guerre russe

Pendant ce temps, le gouvernement ukrainien continue de demander aux plus grands négociants en énergie du monde de cesser de négocier du pétrole brut russe, affirmant que les recettes servent à financer la machine de guerre russe.

« Le fait est que les commerçants (…) et le commerce aident la Russie à recevoir ce prix du sang », a résumé le conseiller du président Volodymyr Zelensky dans le journal économique Financial Times.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20