COP26: Pourquoi la conférence sur le climat de Glasgow sera une affaire très difficile

Environ 25.000 personnes sont attendues à Glasgow à la fin de ce mois pour la réunion annuelle de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC). Il s’agira de la 26e conférence sur le climat (d’où le nom de COP26), et les 197 États qui font partie de la CCNUCC devraient tous être représentés. De quoi les négociateurs à Glasgow vont-ils débattre ? Et pourquoi ce ne sera pas une promenade de santé ?

Pourquoi est-ce important ?

En cette année marquée par des inondations, des feux de forêt et des vagues de chaleur catastrophiques, la nécessité d'agir sur le changement climatique n'a jamais été aussi urgente.

En tant qu’hôte de la COP26, le Royaume-Uni a appelé les participants à soumettre des objectifs de réduction des émissions plus ambitieux pour 2030 qui aideront le monde à atteindre des émissions nettes nulles d’ici le milieu du siècle, à augmenter leurs contributions au fonds d’adaptation et d’atténuation du climat, et à convenir des règles qui régiront la mise en œuvre de l’accord de Paris de 2015 sur le climat.

Ce cycle de négociations climatiques de l’ONU devait initialement avoir lieu en 2020, mais a été reporté en raison de la pandémie. Autour des principaux entretiens, du 31 octobre au 12 novembre 2021, la plus grande ville d’Écosse accueillera une série de rencontres et d’événements entre des dirigeants mondiaux, des scientifiques et des organisations de la société civile.

De nombreuses questions sur la table sont restées sans réponse depuis la conclusion de l’accord historique de Paris. Cet accord engageait la plupart des pays du monde à essayer de limiter le réchauffement de la planète bien en dessous de 2°C et à viser 1,5°C.

Article 6 et article 8. Et puis il y a la question des 100 milliards

La manière dont les marchés internationaux du carbone devraient fonctionner – article 6 de l’accord de Paris – reste une source de désaccord. Ces marchés permettraient aux pays de recevoir des crédits pour avoir réduit leurs émissions au-delà de leurs objectifs, crédits qui pourraient ensuite être vendus aux pays qui ont du mal à respecter leurs propres obligations.

La mise en œuvre des marchés du carbone est très difficile. Les pays en développement craignent que ceux-ci permettent aux pays riches d’éviter des réductions d’émissions douloureuses chez eux, tout en contribuant de manière marginale à la réduction des émissions à l’étranger en achetant des crédits. En transférant les anciens crédits collectés dans le cadre du système précédent du protocole de Kyoto de 1997, les économies émergentes comme le Brésil et l’Inde, et les économies à forte intensité de carbone comme l’Australie et la Russie, peuvent atteindre les futurs objectifs de réduction sans trop d’efforts supplémentaires. Cela va à l’encontre de l’esprit de l’accord de Paris, qui prévoit d’accroître les ambitions au fil du temps.

Des négociations difficiles sont également attendues sur la manière d’aider les pays les plus pauvres à se développer durablement. L’accord de Paris reconnaît les menaces existentielles que représente l’augmentation des inondations et des sécheresses pour les pays vulnérables au climat. Les dispositions relatives aux pertes et dommages de l’article 8 de l’accord de Paris promettent aux pays les plus pauvres une assistance technique et financière, mais la manière dont elles seront mises en pratique reste floue.

Une autre question controversée est la mise à disposition annuelle de 100 milliards de dollars pour le financement du climat. Les pays en développement ont besoin de cet argent pour amorcer une transition verte, mais les pays riches n’ont jamais réussi à le fournir au niveau convenu en 2010. Bien que l’annonce récente du président Biden de doubler les contributions américaines puisse mobiliser d’autres grandes économies, un manque important subsiste.

La pandémie et de nombreuses tensions internationales

La liste des problèmes auxquels sont confrontés les diplomates du climat à la COP26 est longue et les enjeux sont élevés. Mais les plus grandes complications pourraient provenir du contexte dans lequel se déroulent les négociations : la pandémie. Les délégations des pays pauvres ont prévenu que le manque de vaccins et le coût élevé des voyages rendaient difficile leur participation aux négociations sur le climat.

La COP26 intervient également à un moment où les relations internationales sont tendues. Les conséquences du Brexit continuent d’empoisonner l’atmosphère entre le Royaume-Uni et l’UE. Les États-Unis et la Chine, qui sont responsables de plus de 40% des émissions mondiales, sont engagés dans une impasse en mer de Chine méridionale. Le partenariat de sécurité AUKUS récemment négocié entre l’Australie, le Royaume-Uni et les États-Unis, qui vise à faire contrepoids à la puissance chinoise dans la région Asie-Pacifique et qui a rendu les Français furieux, pourrait également atténuer les espoirs de coopération lors de la COP26.

Le plus grand obstacle au progrès ne se trouve peut-être pas à Glasgow mais dans les capitales de chaque pays. Chaque pays mène une bataille intérieure qui déterminera la crédibilité internationale de la COP26. Le retrait national de la CCNUCC s’est déjà produit auparavant. Le départ du Canada du protocole de Kyoto en 2011 et le départ temporaire des États-Unis de l’accord de Paris en 2017 avaient des causes intérieures, et la politique intérieure a longtemps été le facteur décisif pour les engagements climatiques d’un pays lors des réunions de la COP.

Les plus gros obstacles ne sont pas à Glasgow

Le plus grand obstacle au progrès ne réside peut-être pas à Glasgow, mais dans les capitales de chaque pays. Chaque nation mène une lutte intérieure qui déterminera la crédibilité internationale de la COP26. Le retrait national de la CCNUCC s’est déjà produit auparavant. La sortie du Canada du Protocole de Kyoto en 2011 et la sortie temporaire des États-Unis de l’Accord de Paris en 2017 avaient des causes nationales, et la politique intérieure a longtemps été le facteur décisif dans les engagements climatiques d’un pays lors des réunions de la COP.

Le cadre de l’accord de Paris le reconnaît en permettant aux gouvernements de prendre des engagements en matière de climat qui peuvent varier d’un pays à l’autre, pour autant que l’action nationale en faveur du climat gagne en ambition au fil du temps. Cependant, un rapport des Nations unies pour 2020 a révélé que les engagements actuels des gouvernements mettent le monde sur la voie d’un réchauffement de 3°C.

Pourtant, il y a de l’espoir. Alors que de nombreuses propositions gouvernementales risquent d’être des paroles en l’air, la dernière flambée des prix du gaz en Europe et les récentes pénuries de carburant au Royaume-Uni incitent certains gouvernements, dont le Royaume-Uni en tant qu’hôte de la COP, à accélérer les éléments de leurs stratégies de croissance verte.

Plus
My following
Marchés
Lire plus...
Marchés
My following
Marchés
BEL20