Comment le dernier dictateur d’Europe tient le coup

Quiconque a suivi l’actualité politique de ces dernières semaines sait que l’Union européenne et le Belarus ne sont pas les meilleurs amis du monde. dernièrement, Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, a accusé le président biélorusse Alexandre Loukachenko de mener une « attaque hybride« . Mais comment ce conflit a-t-il commencé ?

Le Belarus est devenu un pays indépendant en 1991, après l’effondrement de l’Union soviétique. Lorsque les premières élections parlementaires démocratiques (et aussi les dernières) ont été organisées en 1994, le nom de Loukachenko est sorti vainqueur. Depuis lors, il s’est assis dans le fauteuil présidentiel sans interruption pendant 25 ans.

Bien loin de la démocratie

Bien que les toutes premières élections au Belarus aient été démocratiques, la situation politique du pays s’est rapidement dégradée. Lukashenko est devenu de plus en plus un leader absolu et s’est octroyé le pouvoir de mettre n’importe qui sur la touche. La disparition de quatre membres et partisans importants de l’opposition lui a valu un carton jaune de l’Europe en 2004. Depuis lors, le Belarus fait l’objet d’un embargo sur les armes, d’une interdiction d’exporter certains biens et d’une interdiction de voyager pour certaines personnalités. Les véritables sanctions n’ont suivi qu’à l’été 2020.

Les dernières élections présidentielles ont également été qualifiées de « frauduleuses » par la quasi-totalité des observateurs indépendants. M. Loukachenko a gagné avec plus de 80 % des voix, tandis que sa principale adversaire, Svetlana Tichanovskaya, en aurait recueilli moins de 10 %. La population, qui avait déjà manifesté avant les élections, ne l’accepte plus.

Dans les mois qui ont suivi les élections, plus d’un demi-million de Biélorusses sont descendus dans la rue, où ils ont été confrontés aux forces de sécurité de plus en plus dures de Loukachenko. Lorsque le gouvernement a également délivré un « permis de tuer » à ses troupes, la situation est allée de mal en pis. Au total, plus de 30 000 manifestants ont été arrêtés et placés en détention, avec ou sans motif valable. Des milliers de manifestants, pour la plupart pacifiques, ont quitté les champs de bataille que les rues du Belarus étaient devenues, marquées par la violence. Des balles en caoutchouc, des gaz lacrymogènes, des matraques et des canons à eau ont été utilisés par la police pour chasser les manifestants des rues. Au moins quatre personnes ont été tuées par la violence policière.

Un manifestant pacifique est durement traité par la police biélorusse. ISOPIX

Premières sanctions

La répression musclée des manifestations a valu au régime de Loukachenko ses premières sanctions européennes. L’Union a tenu 40 personnes pour responsables et leur a imposé une interdiction de voyager et un gel des avoirs.

Pourtant, cela n’a pas découragé Lukashenko, au contraire. Le 23 mai 2021, le vol Ryanair 4978 a été contraint d’atterrir à Minsk par un avion de chasse MiG-29 biélorusse. Le prétexte était une supposée alerte à la bombe, ce qui signifiait que le vol entre Athènes et la capitale lituanienne Vilnius devait être contrôlé. La véritable raison, cependant, était simplement assise sur un siège d’avion : Roman Protasevich.

Protasevich était un journaliste et activiste biélorusse, connu pour sa chaîne Telegram Nexta, l’une des plus importantes sources d’information sur les manifestations de 2020. Par la suite, cette chaîne a également été utilisée pour coordonner des manifestations. Peu de temps après, Protasevich a décidé d’émigrer de sa patrie, craignant d’être poursuivi en justice.

Sanctions supplémentaires

C’est ce qui s’est passé : Protasevich et sa petite amie ont été ramassés dans l’avion par la police biélorusse. Les lois que le couple avait enfreintes n’ont jamais été révélées. Entre-temps, ils ont été placés en résidence surveillée.

Toutes les compagnies aériennes biélorusses ont ensuite été interdites d’atterrissage dans l’Union européenne. 78 autres personnes et huit institutions ont été inscrites sur la liste noire de l’UE. Avec la récente attaque hybride du Belarus, qui importe des migrants pour les envoyer vers l’UE, l’Europe en a assez.

Des migrants venus de Biélorussie tentent de franchir la frontière avec la Pologne. ISOPIX

Bien que de nombreuses sanctions soient déjà en place contre l’ancien État soviétique, elles semblent avoir peu d’impact. Lukashenko continuera à faire ce qu’il a fait ces 25 dernières années. Les sanctions économiques sont regrettables, mais les plus gros consommateurs de l’économie biélorusse se trouvent plus à l’est. Et c’est là aussi la raison pour laquelle Loukachenko ne craint aucune sanction militaire : la Russie.

Plus
My following

Analyse boursière: KBC Securities relève l’objectif de cours pour Floridienne

01/12/2021 12:36

(ABM FN) KBC Securities a relevé mercredi l’objectif de cours pour Floridienne de 620 à 640 euros avec une recommandation Conserver inchangée. 

Le courtier a changé de modèle après que la société holding a présenté une mise à jour montrant une croissance significative de la division Life Science, une amélioration de la rentabilité de la division Gourmet Food et une excellente performance des activités de recyclage de la division Chemicals.

Lire plus...
Marchés
Lire plus...
Marchés
My following
Marchés
BEL20