Comment la flambée de coronavirus au Vietnam va provoquer une pénurie de Nike pour Noël

Longtemps épargné, le Vietnam subit de plein fouet la propagation du variant Delta. Le gouvernement s’est résolu à confiner, ce qui aura des conséquences économiques importantes. En particulier pour les grandes marques de chaussures de sport, qui ont fait le pari de la production vietnamienne. Des pénuries sont attendues.

Le Vietnam a longtemps fait figure d’exception : l’un des derniers pays communistes au monde avait très tôt réussi à endiguer la propagation du coronavirus grâce à des mesures sanitaires rapides et à un recours au masque auquel la population était déjà habituée et préparée. Mais le pays a pris du retard sur la vaccination, avec seulement près de 4,5 millions de doses injectées, sur une population de plus de 102 millions, et une densité de peuplement de 311 habitants au km2.

Le variant Delta a mis à bas l’optimisme vietnamien : alors que le pays ne recensait pas plus d’une douzaine de nouveaux cas par jour depuis des mois, les chiffres ont graduellement augmenté à partir de mai, jusqu’à atteindre les 9.334 nouveaux cas journaliers le 9 août. Pour endiguer le nombre de contaminations, le gouvernement s’est résolu à confiner la partie sud du pays, dont la capitale économique Hô Chi Minh-Ville et ses 8 millions d’habitants.

La Victoire en berne

Une situation qui risque d’avoir un fort impact dans le monde capitaliste, en particulier si vous êtes amateurs de chaussures de sport. Car le Vietnam est un des principaux pays producteurs de ce genre d’article. La moitié de la production mondiale de la firme Nike, par exemple, arbore la mention « Made in Vietnam ». Cette flambée épidémique est donc catastrophique pour la firme au nom de victoire (Niké désigne en grec la personnification ailée de la Victoire, y compris sportive), dont les plus grands sites de production du pays se trouvent précisément dans cette région.

Et cela ne pouvait pas tomber plus mal : Nike avait tout misé sur sa production vietnamienne après la fermeture des usines, ses partenaires Pou Chen Corp et ChangShin, respectivement coréens et taïwanais, suite à une flambée de contaminations sur les sites de production. Le pays communiste avait en plus signé un accord de libre-échange très prometteur avec l’Union européenne l’année dernière. Adidas et Puma avaient aussi fait le pari de la production vietnamienne pour fournir le marché européen, qui compte pour 25% des ventes du secteur.

Hausse des prix attendue

Le secteur de la chaussure de sport s’attend à être le prochain frappé de pénurie, alors que c’est précisément à cette période que sont commandées et fabriquées les baskets destinées aux ventes de fin d’année. Et à cette chute de production s’ajoute la hausse des prix du fret maritime, lui aussi fort impacté par l’épidémie. Les paires de Nike risquent bien de devenir un cadeau de Noël très difficile à dénicher. D’autant que si les magasins spécialisés ne peuvent assurer que tout le monde pourra placer des petits souliers sous son sapin, il est fort probable que les prix flambent.

Pour aller plus loin :

Plus
Lire plus...
Marchés
BEL20