Apple a perdu bien plus que Meta en 2022 : plus de 840 milliards de dollars de valeur marchande

Si c’est la descente aux Enfers de Meta qui a surtout retenu l’attention l’année dernière, avec une chute de plus de 60 % de sa capitalisation boursière, un géant de la tech soi-disant épargné a en réalité perdu beaucoup plus en valeur marchande.

Pourquoi est-ce important ?

L’année 2022 a été marquée par des perturbations macroéconomiques auxquelles le secteur de la tech n'a pas échappé. Bon nombre d’entreprises technologiques ont ainsi été contraintes de revoir leurs objectifs et leurs ambitions à la baisse, mais aussi de licencier en masse. Seul Apple semblait faire exception, mais quand on y regarde de plus près, 2022 a été tout aussi difficile pour la firme de Cupertino.

L’actualité : Apple et Amazon ont chacun perdu plus de 830 milliards de dollars de valeur marchande en 2022, faisant de ces deux entreprises, les plus grandes perdantes du secteur.

  • C’est d’autant plus surprenant pour Apple, car ce dernier était considéré comme une exception, l’une des rares entreprises de la tech à s’en sortir pas trop mal, malgré le contexte macroéconomique.

Le détail : une impression donnée par le fait que la firme de Cupertino n’a perdu « que » 33 % de sa valeur en 2022, contre 49 % pour Amazon, 65 % pour Meta ou encore 63 % pour Tesla (Tesla).

  • Sauf que ces 33 % représentent en réalité plus de 846 milliards de dollars de capitalisation boursière – la valeur combinée de toutes les actions d’une entreprise.
    • Apple a brièvement valu 3.000 milliards de dollars en janvier 2022, après une année de tous les records.
    • Aujourd’hui, l’entreprise est passée sous la barre symbolique de 2.000 milliards de dollars de valeur marchande. La dernière fois remontait à mai 2022.
  • Amazon a perdu presque autant qu’Apple, 834 milliards de dollars, mais comme l’entreprise valait moins en début d’année, l’effondrement est plus impressionnant (-49 %).
  • En comparaison, Meta n’a perdu « que » 600 milliards de dollars de capitalisation boursière en 2022. Elle vaut aujourd’hui environ 327 milliards de dollars.

Apple reste une exception

Si la firme de Cupertino a également souffert du contexte macroéconomique – hausse des taux d’intérêt, inflation généralisée et les craintes de récession –, Apple a en réalité évité une chute de ses bénéfices. C’est pourquoi l’entreprise ne s’est pas effondrée autant que ses consœurs. Reste que le géant technologique a fait face à des difficultés qui lui étaient propres.

  • La popularité de ses derniers produits sortis a été remise en question.
  • La production et les expéditions d’iPhone 14 ont été perturbées en raison des perturbations liées au coronavirus en Chine, à un moment où Apple fait habituellement une part importante de ses ventes, à savoir les fêtes de fin d’année.

Plus généralement, l’inflation généralisée pousse une partie des consommateurs à reporter l’achat de produits onéreux, tels qu’un iPhone. Une situation qui pourrait perdurer en 2023, de sorte qu’Apple pourrait ne pas remonter la pente de si tôt.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20