Pourquoi Apple s’en sort beaucoup mieux que Google, Amazon et Tesla sur les marchés ?

La firme de Cupertino n’échappe pas à la tendance baissière du marché des technologies. Cependant, l’impact est beaucoup moins violent pour Apple. Comment expliquer une telle différence ?

Pourquoi est-ce important ?

L’année écoulée a été plus qu’éprouvante pour de nombreuses entreprises technologiques, notamment Meta, Amazon, mais aussi Alphabet, la maison mère de Google. Elles se sont effondrées à la bourse, en raison de plusieurs facteurs, et les perspectives pour les prochains mois sont loin d'être optimistes.

Dans l’actu : en bourse, Apple se porte beaucoup mieux que Google, Amazon et Tesla.

Le détail : cela ne veut pas dire qu’Apple ne souffre pas du contexte baissier, mais plutôt que son impact est limité.

  • Ainsi, si la valeur marchande de géants technologiques tels que Meta, Google, Amazon ou encore Tesla a respectivement chuté de 65 %, 37 %, 48 % et 46 % en un an, Apple n’a perdu « que » 21 % de sa valeur.
  • Apple vaut presque autant qu’Alphabet, Amazon et Tesla réunis, soit 2.310 milliards de dollars contre 2.687 milliards de dollars pour les trois autres. Début novembre, Apple a même dépassé ses concurrents.

Pourquoi une tendance à la baisse limitée pour Apple ?

Qu’est-ce qui explique qu’Apple se porte finalement mieux que ces camarades de jeu ? Car si Apple n’affiche pas des revenus massifs, il parvient malgré tout à atteindre les attentes et ne signale que des ratés mineurs.

  • Au 3e trimestre, la firme américaine a tout de même enregistré un chiffre d’affaires record de 90,1 milliards de dollars, soit une hausse de 8 % d’une année à l’autre.
  • Son chiffre d’affaires pour l’exercice 2022 – qui a pris fin le trimestre dernier – était également en hausse de 8 % par rapport à celui de 2021 (394,4 milliards de dollars).

« Nos résultats record pour le trimestre de septembre continuent de démontrer notre capacité à exécuter efficacement malgré un contexte macroéconomique difficile et volatil »

s’était félicité Luca Maestri, directeur financier d’Apple, à l’époque.
  • On notera également que la firme à la pomme a racheté pour pas moins de 90 milliards de dollars de ses actions en 2022 ce qui est plutôt bon signe.
    • En comparaison, Google n’en a racheté que pour 15 milliards de dollars environ, contre 0 pour Amazon.  

Une exception temporaire ?

  • Si Apple est parvenu à se maintenir au cours des derniers mois, le dernier trimestre de l’année – et le premier de l’exercice 2023 – pourraient se révéler beaucoup moins positif.
  • Outre les pressions macroéconomiques qui peuvent peser sur ses affaires, les fermetures d’usines en Chine, en raison du coronavirus, ont provoqué d’importants retards de production d’iPhone. Apple pourrait ne pas profiter des fêtes de fin d’année pour voir ses ventes de smartphones grimper.
  • À côté de cela, l’intérêt limité pour l’un de ses modèles, l’iPhone 14 Plus, pourrait également peser sur ses résultats.  

L’année 2023 pourrait donc démarrer difficilement pour Apple, à moins que les choses s’arrangent en Chine – ce qui semble être le cas puisque Pékin a allégé ses mesures, malgré une hausse du nombre de cas de Covid-19 –, mais aussi au niveau de l’économie mondiale.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20